JesusMarie.comBible Vigouroux

Bible Catholique Vigouroux

Zacharie

INTRODUCTION





Zacharie, « celui dont Jéhovah se souvient, » est le onzième des petits prophètes. Il était de race sacerdotale, fils de Barachie et petit-fils d’Addo, chapitre 1, versets 1 et 7. Addo était le chef d’une des familles sacerdotales revenues de captivité avec Zorobabel, voir 2 Esdras, 12, vv. 4, 16. A cause de sa renommée, Zacharie, est appelé son fils, par omission du nom de Barachie, dans 1 Esdras, 5, 1 ; 6, 14. Il commença à prophétiser la même année qu’Aggée, deux mois après lui, l’an 521 avant Jésus-Christ, chapitre 1, verset 1. La prophétie du chapitre 7 est de l’an 518, chapitre 7, verset 1 ; ses deux derniers oracles, du chapitre 9 au chapitre 14, sont postérieurs à celui de 518, mais nous en ignorons la date précise, de sorte qu’il est impossible de savoir combien de temps dura son ministère prophétique. Une partie du livre renferme des visions et des symboles, du chapitre 1, verset 7 au chapitre 6 ; une autre, de simples discours, chapitres 7et 8 ; les derniers chapitres, du chapitre 9 au chapitre 14, sont de magnifiques tableaux. Le style est vif, coloré ; la langue pure et presque et presque sans aramaïsmes.

La prophétie de Zacharie se divise en trois parties très distinctes : 1° une série de visions, du chapitre 1, verset 7 au chapitre 6 ; 2° un discours contenant une réponse de Dieu aux envoyés de Béthel, au sujet du jeûne institué en mémoire de la prise de Jérusalem par Nabuchodonosor, chapitres 7 et 8 ; 3° deux prophéties, l’une contre Hadrach, l’autre contre Israël, du chapitre 9 au chapitre 14. Ces trois parties sont précédées d’une introduction, chapitre 1, versets 1 à 6, dans laquelle nous apprenons que Zacharie est chargé de prêcher à son peuple la pénitence et la conversion.

Zacharie



Zacharie exhorte les Juifs à ne pas imiter l’endurcissement de leurs pères.

Un ange implore la miséricorde du Seigneur sur Jérusalem et sur Juda.

Promesses du Seigneur en faveur de Jérusalem.

Quatre cornes qui ont dispersé Juda et Jérusalem.

Quatre ouvriers envoyés pour abattre ces cornes.


1Le huitième mois, la seconde année du roi Darius, la parole du Seigneur fut adressée au prophète Zacharie, fils de Barachie, fils d’Addo, en ces termes (disant, note) : 2Le Seigneur a été très irrité contre vos pères. 3Tu leur diras : Ainsi parle le Seigneur des armées : Revenez à moi, dit le Seigneur des armées, et je reviendrai à vous, dit le Seigneur des armées. 4Ne soyez pas comme vos pères, auxquels les premiers prophètes criaient en disant : Ainsi parle le Seigneur des armées : Revenez de vos voies mauvaises et de vos pensées infâmes (très mauvaises) ; et cependant ils n’ont pas écouté, et ils n’ont pas fait attention à moi, dit le Seigneur. 5Vos pères, où sont-ils ? et les prophètes vivront-ils éternellement ? 6Cependant mes paroles et les ordres (mes décrets) que j’avais donnés à mes serviteurs les prophètes n’ont-ils pas atteint vos pères, et ne se sont-ils pas convertis, en disant : Le Seigneur des armées a exécuté sa résolution de nous traiter selon nos voies et selon nos œuvres (inventions, note) ? 7Le vingt-quatrième jour du onzième mois, appelé Sabath, la seconde année de Darius, la parole du Seigneur fut adressée au prophète Zacharie, fils de Barachie, fils d’Addo, en ces termes (disant, note) : 8J’eus une vision pendant la nuit, et voici, il y avait un homme monté sur un cheval roux, et il se tenait parmi des myrtes plantés dans un lieu profond, et il y avait derrière lui des chevaux roux, marquetés (mouchetés) et blancs. 9Et je dis : Qui sont ceux-ci, (ô) mon seigneur ? Et l’ange qui parlait en moi me dit : Je te montrerai (t’indiquerai) ce que sont ces choses. 10Alors l’homme qui se tenait parmi les myrtes prit la parole et dit : Ce sont ceux que le Seigneur a envoyés pour parcourir la terre. 11Et ils s’adressèrent (répondirent) à l’ange du Seigneur qui se tenait parmi les myrtes, et ils dirent : Nous avons parcouru la terre, et voici, toute la terre est habitée, et elle est en repos. 12L’ange du Seigneur prit la parole, et dit : Seigneur des armées, jusques à quand n’aurez-vous pas pitié de Jérusalem et des villes de Juda, contre lesquelles vous êtes irrité ? Voici déjà la soixante- (et-, note) dixième année. 13Alors le Seigneur répondit à l’ange qui parlait en moi de bonnes paroles, des paroles de consolation. 14Et l’ange qui parlait en moi me dit : Crie, et dis : Ainsi parle le Seigneur des armées : Je ressens une (très) grande jalousie pour Jérusalem et pour Sion. 15Et j’éprouve une (très) grande colère contre les nations puissantes ; car je n’étais qu’un peu irrité, mais elles ont contribué au mal (aidé au châtiment). 16C’est pourquoi ainsi parle le Seigneur : Je reviendrai à Jérusalem avec (des sentiments de) miséricorde ; ma maison y sera bâtie, dit le Seigneur des armées, et le cordeau (niveau, note) sera étendu sur Jérusalem. 17Crie encore, et dis : Ainsi parle le Seigneur des armées : Mes villes auront encore des biens en abondance ; le Seigneur consolera encore Sion et choisira encore Jérusalem. 18Je levai les yeux, et je regardai ; et voici, il y avait quatre cornes. 19Et je dis à l’ange qui parlait en moi : Qu’est-ce que cela ? Il me répondit : Ce sont les cornes qui ont dispersé Juda, Israël et Jérusalem. 20Le Seigneur me fit voir ensuite quatre forgerons (ouvriers, note). 21Et je dis : Que viennent faire ceux-ci ? Il répondit : Ce sont les cornes qui ont dispersé tous les hommes de Juda, et aucun d’eux ne lève la (n’a levé sa) tête ; et ceux-ci sont venus pour les effrayer, et pour abattre les cornes des nations, qui ont élevé la corne contre le pays de Juda, pour en disperser les habitants.


Gloire de Jérusalem ; multitude de ses habitants ; Dieu lui servira de rempart.

Vengeances du Seigneur sur ceux qui ont opprimé son peuple.

Les nations s’attacheront au Seigneur ; il habitera au milieu de son peuple.


2Je levai les yeux, et je regardai ; et voici, il y avait un homme tenant dans la main un cordeau à mesurer. 2Et je dis : Où vas-tu ? Il me répondit : Je vais mesurer Jérusalem, pour voir quelle est sa largeur et quelle est sa longueur. 3Et voici, l’ange qui parlait en moi sortit ; et un autre ange vint à sa rencontre, 4et lui dit : Cours, parle à ce jeune homme, et dis-lui : Jérusalem sera une ville sans remparts, à cause de la multitude des hommes et des animaux qui seront au milieu d’elle. 5Je serai moi-même pour elle, dit le Seigneur, un mur de feu tout autour, et je serai glorifié au milieu d’elle. 6Ah ! ah ! fuyez du pays de l’aquilon, dit le Seigneur ; car je vous ai dispersés aux (vers les) quatre vents du ciel, dit le Seigneur. 7Fuis, ô Sion, toi qui habites chez la fille de Babylone ; 8car ainsi parle le Seigneur des armées : Pour sa gloire (Après la gloire établie au milieu de vous), il m’a envoyé vers les nations qui vous ont dépouillés ; car celui qui vous touche, touche la prunelle de mon œil. 9Voici, je vais lever (lève) ma main sur eux, et ils seront la proie de ceux qui étaient leurs esclaves ; et vous saurez que c’est le Seigneur des armées qui m’a envoyé. 10Chante des cantiques de louange et sois dans la joie, fille de Sion, car voici, je viens et j’habiterai au milieu de toi, dit le Seigneur. 11Des nations nombreuses s’attacheront au Seigneur en ce jour-là et deviendront mon peuple, et j’habiterai au milieu de toi ; et tu sauras que le Seigneur des armées m’a envoyé vers toi. 12Le Seigneur possédera Juda comme sa part dans la terre sainte, et il choisira encore Jérusalem. 13Que toute chair fasse silence devant la face du Seigneur, car il s’est élancé (réveillé du milieu) de sa demeure sainte !


Le grand-prêtre Jésus est accusé par Satan.

On lui ôte ses habits sales, et on lui en donne de rechange.

Le Seigneur l’exhorte à être fidèle, et promet de récompenser sa fidélité.

Orient ou germe promis.

Pierre mystérieuse.


3Le Seigneur me fit voir Jésus, le grand-prêtre, debout devant l’ange du Seigneur ; et Satan se tenait à sa droite pour s’opposer à lui. 2Et le Seigneur dit à Satan : Que le Seigneur te réprime, Satan ! que le Seigneur te réprime, lui qui a élu Jérusalem ! Celui-ci n’est-il pas un (ce) tison (re)tiré du feu ? 3Or, Jésus était couvert de vêtements souillés (sales), et il se tenait debout devant (la face de) l’ange. 4Et l’ange, prenant la parole, dit à ceux qui étaient debout devant lui : Otez-lui ses vêtements souillés (sales). Et il dit à Jésus : Voici, je t’ai enlevé ton iniquité, et je t’ai revêtu d’habits de rechange. 5Et il dit : Mettez sur sa tête une tiare pure (propre). Et ils mirent sur sa tête une tiare pure, et ils le revêtirent d’un vêtement ; et l’ange du Seigneur se tenait là (debout). 6Et l’ange du Seigneur fit à Jésus cette déclaration et dit : 7Ainsi parle le Seigneur des armées : Si tu marches dans mes voies et si tu observes mes ordres, toi aussi tu jugeras (gouverneras) ma maison, et tu garderas mes parvis, et je te donnerai pour marcher avec toi, quelques-uns de ceux qui sont maintenant ici. 8Ecoute, Jésus, grand-prêtre, toi et tes amis qui sont auprès de toi, car ce sont des hommes qui figurent l’avenir ; voici, je vais amener mon Serviteur (l’)Orient. 9Car voici la pierre que j’ai mise devant Jésus : il y a sept yeux sur cette seule pierre. Voici, je graverai moi-même ce qui doit y être gravé (la graverai avec le ciseau), dit le Seigneur des armées, et j’enlèverai en un (seul) jour l’iniquité de ce pays. 10Et ce jour-là, dit le Seigneur des armées, l’ami appellera son ami sous la (une) vigne et sous le (un) figuier.


Chandelier d’or ayant sept lampes sur sept branches, et deux oliviers à ses côtés.

Zorobabel achèvera le temple dont il a posé les fondements.

Les sept lampes sont les sept yeux du Seigneur ; les deux oliviers sont les deux oints de l’huile sainte.


4L’ange qui parlait en moi revint, et me réveilla comme un homme qu’on réveille de son sommeil. 2Et il me dit : Que vois-tu ? Je répondis : Je vois un chandelier tout d’or, et il y a une lampe à son sommet, et sept lampes au-dessus de lui, et sept canaux pour les lampes qui sont à son sommet. 3Et il y avait deux oliviers au-dessus de lui : l’un à droite de la lampe, et l’autre à sa gauche. 4Je repris la parole, et je dis à l’ange qui parlait en moi : Qu’est-ce que cela, mon seigneur ? 5Et l’ange qui parlait en moi répondit et me dit : Ne sais-tu pas ce que c’est ? Et je dis : Non, mon seigneur. 6Il reprit et me dit : C’est ici la parole que le Seigneur adresse à Zorobabel : Ni par une armée, ni par la force (que tu achèveras le temple), mais par mon esprit, dit le Seigneur des armées. 7Qui es-tu, ô grande montagne, devant Zorobabel ? Tu seras aplanie ; et il posera la pierre principale, et il rendra la grâce (une beauté) égale à sa grâce (beauté). 8La parole du Seigneur me fut adressée en ces termes (disant, note) : 9Les mains de Zorobabel ont fondé cette maison, et ses mains l’achèveront ; et vous saurez que c’est le Seigneur des armées qui m’a envoyé vers vous. 10Quel est celui qui méprise les jours humbles (courts) ? Ils se réjouiront lorsqu’ils verront le fil à plomb dans la main de Zorobabel. Ce sont là les sept yeux du Seigneur, qui parcourent toute la terre. 11Alors je pris la parole, et je lui dis : Que sont ces deux oliviers, à la droite et à la gauche du chandelier ? 12Je pris une seconde fois la parole, et je lui dis : Que sont les deux rameaux (branches) d’olivier qui sont auprès des deux becs d’or, où sont les canaux d’or (par où coule l’huile) ? 13Et il me dit : Ne sais-tu pas ce que cela signifie ? Je répondis : Non, mon Seigneur. 14Et il dit : Ce sont les deux oints (fils de l’huile sainte) qui se tiennent devant le Dominateur de toute la terre.


Volume volant qui est appelé malédiction, et qui consume la maison des prévaricateurs.

Femme assise dans une amphore ; elle est appelée l’impiété, et l’amphore est fermée par une masse de plomb.

Deux femmes ailées enlèvent cette amphore, et la portent dans la terre de Sennaar.


5Je me retournai, et je levai les yeux, et je regardai ; et voici, il y avait un livre (volume) qui volait. 2Et il me dit : Que vois-tu ? Je dis : Je vois un livre (volume) qui vole ; sa longueur est de vingt coudées, et sa largeur de dix coudées. 3Il me dit : C’est la malédiction qui va se répandre sur la face de toute la terre ; car tout voleur sera jugé par ce qui est écrit là, et quiconque jure (faussement) sera de même jugé d’après ce livre. 4Je le ferai sortir, dit le Seigneur des armées ; et il viendra dans la maison du voleur, et dans la maison de celui qui jure faussement en mon nom ; et il demeurera au milieu de cette maison, et il la consumera avec son bois et ses pierres. 5Alors l’ange qui parlait en moi sortit, et me dit : Lève les yeux, et regarde ce qui sort là. 6Et je dis : Qu’est-ce ? Et il dit : C’est une amphore qui sort. Et il ajouta : C’est là leur œil dans toute la terre. 7Et voici, on portait une masse de plomb, et il y avait une femme assise au milieu de l’amphore. 8Et il dit : C’est là l’impiété. Et il la jeta (renversa) au milieu de l’amphore, et il mit la masse de plomb sur l’ouverture. 9Je levai les yeux et je regardai ; et voici, deux femmes parurent, et le vent soufflait dans leurs ailes, et elles avaient des ailes semblables à celles d’un milan, et elles élevèrent l’amphore entre la terre et le ciel. 10Je dis à l’ange qui parlait en moi : Où ces femmes portent-elles l’amphore ? 11Il me dit : Dans le pays de Sennaar, afin qu’on lui bâtisse une maison, et qu’elle y soit placée et affermie sur sa base.


Quatre quadriges (qui) sortent du milieu de quatre montagnes d’airain, et (qui) vont vers différentes parties du monde.

Couronne pour le grand-prêtre Jésus, et pour l’homme appelé l’Orient, qui bâtira le temple du Seigneur.


6Je me retournai, et je levai les yeux, et je regardai ; et voici quatre chars (quadriges) qui sortaient d’entre deux montagnes, et ces montagnes étaient des montagnes d’airain. 2Au premier char (quadrige) il y avait des chevaux roux, au second char (quadrige) des chevaux noirs, 3au troisième char (quadrige) des chevaux blancs, et au quatrième char (quadrige) des chevaux tachetés (mouchetés) et vigoureux. 4Je pris la parole, et je dis à l’ange qui parlait en moi : Qu’est-ce que cela, mon seigneur ? 5L’ange me répondit : Ce sont les quatre vents du ciel, qui sortent pour paraître devant le Dominateur de toute la terre. 6Les chevaux noirs de l’un des chars (du second quadrige) allaient vers le pays de l’aquilon ; les chevaux blancs les suivirent, et les tachetés (mouchetés) allèrent dans le pays du midi. 7Les plus forts parurent ensuite, et ils demandaient à aller et à courir par toute la terre. Et il leur dit : Allez, parcourez la terre ; et ils parcoururent la terre. 8Alors il m’appela et me dit : Ceux qui vont dans le pays de l’aquilon ont fait reposer (ont apaisé) ma colère (mon esprit) sur le pays de l’aquilon. 9La parole du Seigneur me fut adressée en ces termes (disant) : 10Reçois ce que te donneront les exilés Holdaï, Tobie et Idaïa : et tu iras toi-même, ce jour-là, et tu entreras dans la maison de Josias, fils de Sophonie, où ils sont allés en venant de Babylone (qui sont revenus de Babylone). 11Tu prendras de l’or et de l’argent, et tu en feras des couronnes, que tu mettras sur la tête de Jésus, (le) grand-prêtre, fils de Josédec ; 12et tu t’adresseras à lui, en disant : Ainsi parle le Seigneur des armées : Voici l’homme dont le nom est Orient ; ce germe poussera de lui-même, et il bâtira un temple au Seigneur. 13C’est lui qui construira un temple au Seigneur et c’est lui qui sera couronné de gloire ; il sera prêtre (s’assiéra, et dominera ; le prêtre aussi sera) sur son trône, et il y aura entre eux deux une alliance de paix. 14Les couronnes seront pour Hélem, Tobie, Idaïa, et Hem, fils de Sophonie, comme un monument (souvenir) dans le temple du Seigneur. 15Ceux qui sont au loin viendront et bâtiront dans le temple du Seigneur ; et vous saurez que c’est le Seigneur (Dieu) des armées qui m’a envoyé vers vous. Cela arrivera, si vous écoutez avec attention (fidèlement) la voix du Seigneur votre Dieu.


Députation aux prêtres du Seigneur touchant les jeûnes observés durant la captivité.

Défaut de ces jeûnes.

Œuvres de justice que le Seigneur recommande, et dont le mépris attire sa colère.


7La quatrième année du roi Darius, la parole du Seigneur fut adressée à Zacharie, le quatrième jour du neuvième mois, qui est celui de Casleu. 2Sarasar, Rogommélech, et ceux qui étaient avec lui, envoyèrent à la maison de Dieu pour présenter leurs prières devant le (implorer la face du) Seigneur, 3et pour dire aux prêtres de la maison du Seigneur des armées et aux prophètes : Faut-il que je pleure au cinquième mois, et (ou) que je me sanctifie, comme je l’ai déjà fait pendant beaucoup d’années ? 4Et la parole du Seigneur des armées me fut adressée en ces termes (disant, note) : 5Parle à tout le peuple du pays et aux prêtres, et dis-leur : Lorsque vous avez jeûné et pleuré au cinquième et au septième mois, pendant ces soixante-dix ans, est-ce pour moi que vous avez jeûné ? 6Et lorsque vous avez mangé et bu, n’est-ce pas pour vous que vous avez mangé, et pour vous que vous avez bu ? 7N’est-ce pas là ce que le Seigneur a dit par l’intermédiaire (entremise) des anciens prophètes, lorsque Jérusalem était encore habitée, et qu’elle était riche, elle et les villes d’alentour, et que le midi et la plaine étaient habités ? 8La parole du Seigneur (des armées) fut adressé à Zacharie, en ces termes : 9Ainsi parle le Seigneur des armées : Jugez selon la vérité, et exercez la miséricorde et la charité, chacun envers son frère. 10N’opprimez ni la veuve, ni l’orphelin, ni l’étranger, ni le pauvre ; et que nul ne forme dans son cœur de mauvais desseins contre son frère. 11Mais ils (vos pères) n’ont pas voulu être attentifs (à ma voix), ils se sont retirés en me tournant le dos, et ils ont endurci leurs oreilles pour ne pas entendre. 12Ils ont rendu leur cœur dur comme le diamant, pour ne pas écouter la loi et les paroles que le Seigneur des armées leur adressait dans son esprit, par l’intermédiaire (l’entremise) des anciens prophètes ; et le Seigneur des armées en a conçu une grande indignation. 13Et il est arrivé que, lorsqu’il parlait, ils n’ont pas écouté ; aussi, quand ils crieront, je n’écouterai pas, dit le Seigneur des armées. 14Je les ai dispersés à travers tous les royaumes qu’ils ne connaissaient pas, et le pays a été désolé à cause d’eux ; il n’y a(vait) plus ni allant ni venant, et ils ont changé en un désert la (une) terre de délices.


Le Seigneur, après avoir châtié Sion, reviendra vers elle, lui rendra la paix, et rassemblera son peuple.

Les deux maisons d’Israël et de Juda seront en bénédiction.

Les peuples étrangers se joindront aux fils de Juda pour adorer avec eux le Seigneur.


8La parole du Seigneur des armées me fut adressée en ces termes (disant, note) : 2Ainsi parle le Seigneur des armées : J’ai été saisi pour Sion d’un(e) grand(e) jalousie (zèle), et j’ai été ému pour elle d’une grande indignation. 3Ainsi parle le Seigneur des armées : Je suis revenu à Sion, et j’habiterai au milieu de Jérusalem ; et Jérusalem sera appelée ville de la vérité, et la montagne du Seigneur (Dieu) des armées montagne sainte. 4Ainsi parle le Seigneur des armées : Il y aura encore dans les places de Jérusalem des vieillards et des femmes âgées, qui (et des hommes) auront un bâton à la main, à cause du grand nombre de leurs jours. 5Et les rues de la ville seront remplies de petits garçons et de petites filles, qui joueront dans ses rues (sur ses places). 6Ainsi parle le Seigneur des armées : Si cela paraît difficile aux yeux des restes du peuple en ces jours-là, sera-ce difficile à mes yeux ? dit le Seigneur des armées. 7Ainsi parle le Seigneur des armées : Voici, je sauverai mon peuple du pays de l’orient et du pays du soleil couchant. 8Je les ramènerai, et ils habiteront au milieu de Jérusalem ; ils seront mon peuple, et moi je serai leur Dieu, dans la vérité et dans la justice. 9Ainsi parle le Seigneur des armées : Que vos mains se fortifient, vous qui entendez aujourd’hui ces paroles de la bouche des prophètes, au jour où la maison du Seigneur des armées a été fondée, et où (afin que) le temple se rebâtit (fut bâti). 10Car avant ces jours il n’y avait pas de salaire (récompense) pour les hommes, et il n’y avait pas de salaire (récompense) pour les bêtes ; et il n’y avait de paix ni pour ceux qui entraient, ni pour ceux qui sortaient, à cause de la tribulation ; et j’avais lancé tous les hommes l’un contre l’autre. 11Mais maintenant je ne traiterai pas les restes de ce peuple comme aux jours anciens, dit le Seigneur des armées ; 12mais il y aura une semence de paix : la vigne donnera son fruit, la terre donnera ses produits, et les cieux donneront leur rosée ; et je ferai posséder tous ces biens aux restes de ce peuple. 13Et alors, de même que vous avez été en malédiction parmi les peuples, maison de Juda et maison d’Israël, ainsi je vous sauverai, et vous serez une bénédiction. Ne craignez point, que vos maisons (mains) se fortifient. 14Car ainsi parle le Dieu des armées : Comme j’ai pensé à vous affliger (punir), lorsque vos pères ont provoqué ma colère, dit le Seigneur, 15et que je n’ai pas eu de pitié, ainsi (revenu à eux) j’ai pensé, au contraire, en ces jours, à faire du bien à la maison de Juda et à la maison de Jérusalem. Ne craignez point. 16Voici donc ce que vous ferez : Dites la vérité chacun à son prochain ; jugez à vos portes selon la vérité et selon la paix. 17Que nul ne pense dans son cœur le mal contre son ami, et n’aimez pas les faux serments ; car ce sont là toutes choses que je hais, dit le Seigneur. 18La parole du Seigneur des armées me fut adressée en ces termes (disant, note) : 19Ainsi parle le Seigneur des armées : Les jeûnes du quatrième, du cinquième, du septième et du dixième mois deviendront pour la maison de Juda des jours de joie et d’allégresse, et de belles solennités (brillantes). Seulement, aimez la vérité et la paix. 20Ainsi parle le Seigneur des armées : Les peuples viendront (Que des peuples viennent) jusqu’ici et habiteront (qu’ils habitent) dans beaucoup de vos villes, 21et (que) les habitants iront (aillent) se trouver les uns les autres, en disant : Allons et offrons nos prières devant le (implorons la face du) Seigneur, et cherchons le Seigneur des armées. J’irai moi aussi. 22Des peuples nombreux et des nations puissantes viendront, pour chercher le Seigneur des armées dans Jérusalem, et pour offrir leurs prières devant le (implorer la face du) Seigneur. 23Ainsi parle le Seigneur des armées : En ces jours-là, dix hommes de toutes les langues des nations saisiront la frange d’un Juif, en disant : Nous irons avec vous, car nous avons appris que Dieu est avec vous.


Prophétie contre les Syriens, les Phéniciens et les Philistins.

Le roi de Sion vient à elle.

Le Seigneur armera de force Juda et Ephraïm contre la Grèce.

Il comblera son peuple de ses biens les plus excellents.


9Fardeau (Malheur accablant) de la parole du Seigneur contre le pays de Hadrach, et contre Damas, sur laquelle elle se repose ; car l’œil du Seigneur est fixé sur les hommes et sur toutes les tribus d’Israël. 2Cet oracle est aussi contre (Contre) Emath qui confine Damas, et contre Tyr et Sidon ; car elles se sont flattées insolemment de leur (se sont attribué une bien grande) sagesse. 3Tyr s’est (a) bâti une forteresse ; elle a amoncelé l’argent comme la poussière, et l’or comme la boue des rues (places publiques). 4Voici, le Seigneur s’en emparera ; il précipitera sa puissance dans la mer, et elle sera dévorée par le feu. 5Ascalon le verra, et sera dans la crainte ; Gaza aussi, et elle en aura une vive douleur ; Accaron aussi, car son espérance sera confondue ; le roi disparaîtra de (il n’y aura plus de roi à) Gaza, et Ascalon ne sera plus habitée. 6L’étranger s’assiéra dans Azot, et je détruirai (entièrement) l’orgueil des Philistins. 7J’ôterai le (son) sang de sa bouche, et ses abominations d’entre ses dents ; et lui aussi, il restera pour notre Dieu ; il sera comme un chef dans Juda, et Accaron comme un Jébuséen. 8J’entourerai ma maison de ceux qui combattent pour moi, contre les allants et les venants (ils iront et reviendront), et l’oppresseur ne passera plus sur eux, car je vois maintenant (je les ai vus) de mes yeux. 9Sois transportée d’allégresse, fille de Sion ; pousse des cris de joie, fille de Jérusalem. Voici que ton roi vient(dra) à toi, juste et sauveur ; il est pauvre, et monté sur une ânesse et sur le poulain d’une ânesse. 10J’exterminerai les chars (quadriges) d’Ephraïm et les chevaux de Jérusalem, et les arcs de la guerre seront anéantis ; il annoncera la paix aux nations, et sa puissance ira d’une mer à l’autre, et depuis les fleuves jusqu’aux extrémités de la terre. 11Toi aussi, par le sang de ton alliance, tu as fait sortir tes captifs de la fosse (d’un lac) où il n’y a pas d’eau. 12Retournez à la forteresse, captifs pleins d’espérance ; aujourd’hui je vous (te) l’annonce encore, (ô Sion,) je vous (te) rendrai le double. 13Car j’ai bandé (tendu) Juda comme un arc, j’ai rempli Ephraïm ; je soulèverai (susciterai) tes enfants (fils), ô Sion, contre tes enfants, ô Grèce ; et je ferai de toi comme l’épée des héros (forts). 14Alors le Seigneur Dieu paraîtra au-dessus d’eux, et sa flèche (son dard) partira comme la foudre ; le Seigneur Dieu sonnera de la trompette, et il s’avancera dans la tempête du (un tourbillon du) midi. 15Le Seigneur des armées les protégera ; ils dévoreront (leurs ennemis) et ils assujettiront (les soumettront) avec les pierres de la fronde ; ils boiront (leur sang) et ils seront enivrés comme par le vin ; ils seront remplis comme les coupes et comme les cornes de l’autel. 16Et le Seigneur leur Dieu les sauvera en ce jour-là, comme le troupeau de son peuple ; car ils sont des pierres saintes qui seront élevées dans son pays (des pierres saintes s’élèveront sur sa terre). 17Car qu’est-ce qu’il (que le Seigneur) a de bon et de beau, sinon le froment des élus et le vin qui fait germer les vierges ?


C’est le Seigneur qu’il faut invoquer, et non les idoles.

Colère du Seigneur contre les pasteurs de son peuple.

Il visitera dans sa miséricorde la maison de Juda.

Il rassemblera la maison d’Israël.


10Demandez au Seigneur les pluies tardives (dans l’arrière-saison), et le Seigneur fera tomber la neige ; il leur donnera des pluies abondantes, il donnera à chacun de l’herbe dans son champ. 2Car les idoles ont rendu des réponses vaines, les devins ont eu des visions trompeuses, les conteurs (interprètes) de songes ont parlé en l’air, et ils donnaient de fausses (vaines) consolations ; c’est pourquoi ils ont été emmenés comme un troupeau ; ils ont été affligés, parce qu’ils n’ont pas de pasteur. 3Ma fureur s’est enflammée contre les pasteurs, et je châtierai les boucs ; car le Seigneur des armées visitera (a visité) son troupeau, la maison de Juda, et il en fera comme son cheval de gloire dans la bataille. 4De lui sortira l’angle, de lui le pieu, de lui l’arc de guerre, de lui tous les oppresseurs. 5Et ils seront comme des héros (les forts) qui foule(ro)nt (l’ennemi comme) la boue des rues dans la bataille, et ils combattront, car le Seigneur sera avec eux, et ceux qui seront montés (montent) sur des chevaux seront couverts de honte. 6Je fortifierai la maison de Juda, et je sauverai la maison de Joseph ; et je les ramènerai, parce que j’aurai compassion d’eux ; et ils seront comme ils étaient avant que je les eusse rejetés, car je suis le Seigneur leur Dieu, et je les exaucerai. 7Ephraïm sera comme des héros (Et ils seront comme les braves d’Ephraïm), et leur cœur aura la joie que donne le vin ; leurs fils les verront et se réjouiront, et leur cœur tressaillira d’allégresse dans le Seigneur. 8Je les sifflerai et je les rassemblerai, parce que je les ai rachetés, et je les multiplierai comme ils étaient multipliés auparavant. 9Je les sèmerai parmi les peuples, et au loin ils se souviendront de moi ; ils vivront avec leurs enfants (fils), et ils reviendront. 10Je les ramènerai du pays d’Egypte, je les rassemblerai de l’Assyrie ; je les amènerai dans le pays de Galaad et du Liban, et on ne trouvera pas (assez) de place pour eux. 11Il (Et Israël) passera par le détroit de la mer ; il (et le Seigneur) frappera les flots de (dans) la mer, et toutes les profondeurs du fleuve seront couvertes de honte ; l’orgueil d’Assur sera humilié, et le sceptre de l’Egypte s’éloignera. 12Je les rendrai forts dans le Seigneur, et ils marcheront en son nom, dit le Seigneur.


Incendie du temple ; ruine de Jérusalem ; pasteur suscité de Dieu, les deux houlettes de ce pasteur ; trois pasteurs infidèles retranchés en un mois.

Première houlette brisée.

Trente pièces d’argent données pour la récompense du pasteur.

Seconde houlette brisée.

Pasteur infidèle suscité sur la terre.


11Ouvre tes portes, (ô) Liban, et que le feu dévore tes cèdres. 2Hurle, sapin, car le cèdre est tombé et les arbres magnifiques sont détruits (parce que des grands ont été abattus) ; hurlez, chênes de Basan, car la forêt épaisse (fortifiée) a été coupée. 3Les pasteurs poussent des cris lamentables, parce que leur magnificence a été dévastée ; les lions rugissent, parce que l’orgueil du Jourdain a été dévasté. 4Ainsi parle le Seigneur mon Dieu : Pais les brebis destinées à la boucherie (troupeaux de tuerie), 5que leurs maîtres égorgeaient sans éprouver de compassion, et qu’ils vendaient, en disant : Béni soit le Seigneur ! nous sommes devenus riches ; et leurs pasteurs ne les épargnaient pas. 6Moi non plus, je n’épargnerai pas désormais les habitants du pays, dit le Seigneur ; voici, je livrerai les hommes aux mains les uns des autres, et aux mains de leur (son) roi ; ils ravageront le pays et je ne (les) délivrerai pas de leur main. 7C’est pourquoi, ô pauvres du troupeau, (Et) je ferai paître ces brebis destinées à la boucherie (le troupeau de tuerie). Je pris deux houlettes ; j’appelai l’une Beauté et l’autre Lien (Cordelette), et je fis paître le troupeau. 8Je fis mourir (J’ai retranché) trois pasteurs en un mois, et mon cœur se resserra à leur égard, parce que leur âme aussi m’avait été infidèle (a varié pour moi). 9Et je dis (j’ai dit) : Je ne vous ferai plus paître ; que ce qui meurt, meure ; que ce qui est égorgé (retranché), soit égorgé (retranché), et que ceux qui restent dévorent la chair les uns des autres. 10Je pris la houlette qui s’appelait Beauté, et je la brisai, pour rompre mon alliance que j’avais (j’ai) faite avec tous les peuples. 11Elle fut annulée en ce jour-là ; et les pauvres du troupeau, qui me gardent la fidélité, reconnurent ainsi que c’était la parole du Seigneur. 12Et je leur dis : Si vous le trouvez bon, apportez-moi mon salaire (ma récompense) ; sinon, ne le faites pas. Ils pesèrent alors trente pièces d’argent pour mon salaire (ma récompense). 13Et le Seigneur me dit : Jette-la au potier (statuaire), cette belle somme (ce prix magnifique) pour laquelle ils m’ont apprécié (évalué). Et je pris les trente pièces d’argent, et je les jetai au potier (statuaire), dans la maison du Seigneur. 14Puis je brisai ma seconde houlette, qui s’appelait Lien (Cordelette), pour rompre la fraternité entre Juda et Israël. 15Et le Seigneur me dit : Prends encore l’attirail (les instruments) d’un pasteur insensé. 16Car voici, je susciterai dans le pays un pasteur qui ne visitera pas les brebis abandonnées, qui ne cherchera pas celles qui sont dispersées, qui ne guérira pas les blessées, qui ne nourrira pas les saines, mais qui mangera la chair des plus grasses, et qui leur rompra la corne des pieds (leur sabot). 17O pasteur, ô (et) idole qui abandonne le troupeau ! L’épée tombera sur son bras et sur son œil droit ; son bras se desséchera entièrement, et son œil droit sera couvert de ténèbres.


Juda et Jérusalem seront affligés par leurs ennemis ; mais le Seigneur prendra leur défense, et renversera leurs ennemis.

Il répandra un esprit de grâce et de prières sur son peuple ; ils pleureront celui qu’ils auront percé.


12Fardeau (Malheur accablant, note) de la parole du Seigneur sur Israël. Ainsi parle le Seigneur, qui a étendu le ciel, qui a fondé la terre, et qui a formé dans l’homme le souffle de l’homme (l’esprit de l’homme en lui) : 2Voici, je ferai de Jérusalem, pour tous les peuples d’alentour, la porte d’un lieu où l’on s’enivre ; Juda lui-même sera parmi ceux qui assiégeront Jérusalem. 3En ce jour-là, je ferai de Jérusalem une pierre pesante pour tous les peuples : tous ceux qui la soulèveront seront meurtris, et tous les royaumes de la terre s’assembleront contre elle. 4En ce jour-là, dit le Seigneur, je frapperai d’étourdissement tous les chevaux, et de folie ceux qui les montent ; mais j’ouvrirai mes yeux sur la maison de Juda, et je frapperai d’aveuglement tous les chevaux des peuples. 5Alors les chefs de Juda diront en leur cœur : Que les habitants de Jérusalem trouvent leur force (pour moi) dans le Seigneur des armées, leur Dieu ! 6En ce jour-là je ferai des chefs de Juda comme un foyer ardent parmi le bois, et comme une torche enflammée dans le foin, et ils dévoreront à droite et à gauche tous les peuples d’alentour ; et Jérusalem sera habitée de nouveau dans le même (en son propre) lieu, à Jérusalem. 7Et le Seigneur sauvera les terres (tabernacles) de Juda, comme au commencement, afin que la maison de David ne se glorifie pas avec arrogance (fastueusement), et que la gloire des habitants de Jérusalem ne s’élève pas contre Juda. 8En ce jour-là, le Seigneur protégera les habitants de Jérusalem ; et le plus faible d’entre eux (celui d’entre eux qui tombera) sera en ce jour-là comme David, et la maison de David sera comme une maison de Dieu, comme un ange du Seigneur devant eux. 9En ce jour-là, je chercherai à écraser toutes les nations qui viendront contre Jérusalem. 10Et je répandrai sur la maison de David et sur les habitants de Jérusalem un esprit de grâce et de prière ; et ils jetteront les yeux sur moi qu’ils ont percé ; ils pleureront sur lui (celui qu’ils ont percé) avec larmes, comme (ils pleureraient) sur un fils unique, et ils seront dans la douleur à son sujet, comme on est dans la douleur à la mort d’un premier-né. 11En ce jour-là il y aura un grand deuil dans Jérusalem, comme le deuil d’Adadremmon dans la plaine de Mageddon. 12Le pays sera dans le deuil, chaque famille à part : les familles de la maison de David à part, et leurs femmes à part ; 13les familles de la maison de Nathan à part, et leurs femmes à part ; les familles de la maison de Lévi à part, et leurs femmes à part ; les familles de Séméi à part, et leurs femmes à part ; 14et toutes les autres familles, chaque famille à part, et leurs femmes à part.


Fontaine ouverte à la maison de David et aux habitants de Jérusalem.

Idoles abolies.

Faux prophètes punis.

Pasteur frappé, brebis dispersées.

Deux parties du peuple sont dispersées, la troisième conservée, éprouvée comme par le feu.


13En ce jour-là, une source (fontaine) sera ouverte pour la maison de David et pour les habitants de Jérusalem, afin de laver le pécheur et la femme impure. 2En ce jour-là, dit le Seigneur des armées, j’exterminerai du pays les noms des idoles, et l’on ne s’en souviendra plus ; j’enlèverai du pays les faux prophètes et l’esprit immonde. 3Et si quelqu’un prophétise désormais, son père et sa mère qui l’ont engendré lui diront : Tu ne vivras pas, car tu as proféré le mensonge au nom du Seigneur ; et son père et sa mère qui l’ont engendré le transperceront, lorsqu’il aura prophétisé. 4En ce jour-là, les prophètes seront confondus chacun par sa vision, lorsqu’ils prophétiseront ; et ils ne se couvriront plus d’un sac pour mentir ; 5mais chacun d’eux dira : Je ne suis pas prophète ; je suis un agriculteur, car Adam a été mon modèle depuis ma jeunesse. 6Alors on lui dira : Que sont ces plaies au milieu de tes mains ? Et il répondra : J’ai été percé de ces plaies dans la maison de ceux qui m’aimaient. 7Epée, éveille-toi contre mon pasteur (et) contre l’homme qui adhère à moi, dit le Seigneur des armées ; frappe le pasteur, et les brebis seront dispersées, et je tournerai ma main vers les petits. 8Et dans tout le pays, dit le Seigneur, il y aura deux parties qui seront dispersées et qui périront, et une troisième partie y demeurera. 9Je ferai passer cette troisième partie par le feu, et je les épurerai (la chaufferai fortement) comme on épure l’argent, et je les (l’) éprouverai comme on éprouve l’or. Il invoquera mon nom, et je l’exaucerai. Je dirai : Tu es mon peuple ; et il dira : (Le) Seigneur (est) mon Dieu.


Prise de Jérusalem.

Division de la montagne des Oliviers.

Jour du Seigneur.

Rétablissement de Jérusalem.

Ruine de ses ennemis.

Les peuples viendront adorer à Jérusalem ; ceux qui n’y viendront pas seront punis.


14Voici que viennent (viendront) les jours du Seigneur, et l’on partagera tes dépouilles au milieu de toi. 2J’assemblerai toutes les nations pour combattre Jérusalem ; la ville sera prise, les maisons seront ruinées, et les femmes seront violées ; et la moitié de la ville s’en ira en captivité, et le reste du peuple ne sera pas emmené de la ville. 3Alors le Seigneur paraîtra, et il combattra contre ces nations, comme il a combattu au jour de la bataille. 4En ce jour-là, ses pieds se poseront sur la montagne des Oliviers, qui est vis-à-vis de Jérusalem, vers l’orient ; et la montagne des Oliviers se fendra par le milieu à l’orient et à l’occident, en formant une très grande ouverture, et une moitié de la montagne se séparera au septentrion, et l’autre moitié au midi. 5Et vous fuirez dans (vers) la vallée de leurs montagnes, car la vallée des montagnes sera jointe à la plus rapprochée ; vous fuirez comme vous avez fui devant le tremblement de terre, aux jours d’Ozias, roi de Juda ; et le Seigneur mon Dieu viendra, et tous les saints avec lui. 6En ce jour-là, il n’y aura pas de lumière, mais du froid et de la gelée. 7Il y aura un jour (unique,) connu du Seigneur, qui ne sera ni jour ni nuit ; et sur le soir la lumière paraîtra. 8En ce jour-là, des eaux vives sortiront de Jérusalem, une moitié d’elles coulera vers la mer d’orient, et une moitié vers la (dernière) mer d’occident ; elles couleront en hiver et en été. 9Et le Seigneur sera roi sur toute la terre : en ce jour-là il sera le seul Seigneur, et son nom sera le seul. 10Tout le pays sera habité jusqu’au désert, depuis la colline jusqu’à Remmon, au sud de Jérusalem ; et Jérusalem sera élevée, et elle demeurera à sa place, depuis la porte de Benjamin jusqu’au lieu de l’ancienne porte et jusqu’à la porte des angles, et depuis la tour Hananéel jusqu’aux pressoirs du roi. 11Elle sera habitée, et il n’y aura plus d’anathème ; mais Jérusalem se reposera en sécurité. 12Et voici la plaie dont le Seigneur frappera toutes les nations qui auront combattu contre Jérusalem : La chair de chacun d’eux pourrira (se desséchera) tandis qu’ils se tiendront sur leurs pieds, leurs yeux pourriront (se dessécheront) dans leurs orbites, et leur langue pourrira (se desséchera) dans leur bouche. 13En ce jour-là le Seigneur excitera un grand tumulte parmi eux ; l’un saisira la main de l’autre, et le frère mettra sa main sur (s’entrelacera dans) la main de son frère. 14Juda aussi combattra contre Jérusalem ; et on amassera les richesses de toutes les nations d’alentour, de l’or, de l’argent et des vêtements en très grand nombre. 15Les chevaux et les mulets, les chameaux et les ânes, et toutes les bêtes qui seront dans ce camp, seront frappés de la même plaie (destruction). 16Et tous ceux qui resteront de toutes les nations venues contre Jérusalem monteront chaque année pour adorer (le roi,) le Seigneur (Dieu) des armées, et pour célébrer la fête des tabernacles. 17Alors, s’il en est parmi les familles du pays qui ne monte pas à Jérusalem pour adorer le roi, le Seigneur des armées, la pluie ne tombera pas sur elles. 18Si (même) la famille d’Egypte ne monte pas et ne vient pas, la pluie ne tombera pas non plus sur elle ; mais elle sera frappée de la ruine dont le Seigneur frappera toutes les nations qui ne seront pas montées pour célébrer la fête des tabernacles. 19Tel sera le (la peine du) péché de l’Egypte, et tel le péché de toutes les nations qui ne seront pas montées pour célébrer la fête des tabernacles. 20En ce jour-là, tous les ornements des chevaux seront consacrés au Seigneur, et les chaudières dans la maison du Seigneur seront (consacrées) comme les coupes devant l’autel. 21Toute chaudière à Jérusalem et dans Juda sera consacrée au Seigneur des armées, et tous ceux qui offriront des sacrifices viendront, et s’en serviront pour y cuire (la chair des victimes) ; et il n’y aura plus de marchand dans la maison du Seigneur des armées en ce jour-là.

Notes


1.1 Darius, fils d’Hystaspe, roi de Perse. ― Au huitième mois de l’année sacrée, et second de l’année civile, lequel commençait à la nouvelle lune d’octobre, selon les rabbins ; mais c’était plus probablement à celle de novembre. ― Disant (dicens). Voir Aggée, 1, 1.

1.3 Voir Isaïe, 21, 12 ; 31, 6 ; 45, 22 ; Jérémie, 3, 12 ; Ezéchiel, 18, 30 ; 33, 11 ; Osée, 14, 2 ; Joël, 2, 12 ; Malachie, 3, 7.

1.6 Décrets ; c’est le vrai sens de legitima, expliqué par l’hébreu. ― Inventions ; dans l’hébreu, actions, œuvres.

1.7-17 Ire section : Vision sur le sort futur des Juifs, du chapitre 1, verset 7 au chapitre 6. ― Trois mois après sa vocation au ministère prophétique, en l’an 521, Zacharie eut une nuit plusieurs visions. ― 1° Dans la première, chapitre 1, versets 8 à 17, il vit un cavalier au milieu des myrtes, signe de miséricorde et de bénédictions célestes pour Jérusalem.

1.7 Du onzième mois de l’année sacrée, et cinquième de l’année civile, lequel commençait à la nouvelle lune de janvier, selon les rabbins ; mais c’était plus probablement à celle de février. ― Disant (dicens). Voir Aggée, 1, 1.

1.9 En moi ; cette expression qui est reproduite dans plusieurs autres versets de ce chapitre signifie plutôt, selon le véritable sens de l’hébreu, avec moi.

1.12 La soixante et dixième année. Ces soixante et dix ans de la désolation de Jérusalem et de tout le pays sont différents des soixante et dix ans de la captivité.

1.14 Voir Zacharie, 8, 2.

1.15 Le sens de ce verset est que Dieu est très irrité contre les nations qu’il avait chargées d’exercer sa vengeance sur Jérusalem, parce que dans l’exercice de cette vengeance, elles sont allées bien au-delà du châtiment qu’il voulait infliger à son peuple, pour lequel, malgré ses infidélités, il avait conservé un grand amour (voir versets 13 et 14).

1.16 Le niveau, etc. ; c’est-à-dire, qu’on rebâtira les murs et les maisons de Jérusalem, aussi bien que le temple.

1.18-21 2° Dans la seconde vision, chapitre 1, versets 18 à 21, Zacharie vit quatre cornes et quatre forgerons, symboles de la ruine des peuples qui ont persécuté Juda ; les quatre forgerons brisent les quatre cornes, c’est-à-dire les Chaldéens, les Perses, les Grecs et les Romains.

1.18-19 Les quatre cornes désignent les quatre grands empires qui dans divers temps ont dispersé Israël et Juda, comme un taureau en fureur jette au vent tout ce qu’il rencontre, et qui sont, selon les uns, les Assyriens, les Chaldéens, les Perses et les Egyptiens, et selon les autres, parmi lesquels saint Jérôme, les Chaldéens les Perses, les Grecs et les Romains, parce que les Assyriens étaient déjà renversés ; mais les partisans de la première opinion croient que cette vision représente en même temps et ce qui était accompli, et ce qui restait encore à accomplir.

1.20-21 Quatre ouvriers. La qualité de ces ouvriers n’est déterminée ni par l’hébreu, ni par le chaldéen, ni par les Septante ; mais on pense communément que c’étaient des forgerons, peut-être parce qu’on se les représente comme armés de marteaux pour abattre les quatre cornes. Saint Jérôme regarde ces ouvriers comme des figures des anges qui en diverses occasions ont affaibli les quatre grands empires.

1.21 Les épouvanter. Le pronom les étant au neutre (ea) se rapporte grammaticalement à cornes (cornua), puisque ce mot est également du neutre en latin. L’hébreu met le masculin ; mais le sens est le même puisque les cornes signifient proprement les rois et les princes ennemis du peuple de Dieu.

2.1-13 3° Dans la troisième vision, chapitre 2, un homme apparaît à Zacharie armé d’un cordeau pour mesurer Jérusalem et signifier qu’elle sera abondamment repeuplée, c’est-à-dire que le royaume de Dieu ou l’Eglise s’étendra sur toute la terre.

2.1 Un homme ; probablement l’ange du chapitre 1, versets 8 et 11.

2.3 Qui parlait en moi. Voir Zacharie, 1, 9.

2.4 Ce jeune homme ; c’est-à-dire Zacharie. ― Sans mur. La nouvelle Jérusalem aura une si grande multitude d’habitants, qu’il ne faut pas la renfermer dans les murs. ― Peu d’années avant sa ruine par Titus, elle était en effet trop étroite ; on dut ajouter une nouvelle ville à l’ancienne, et enfermer un grand nombre de maisons qui s’étaient élevées peu à peu hors de son enceinte. Cette multitude infinie d’habitants dans Jérusalem, était une figure et comme un gage de l’affluence des peuples qui devaient un jour entrer dans l’Eglise.

2.5 Je serai dans la gloire, etc. ; par ma présence dans son sein je la comblerai de gloire et d’honneur.

2.6-7 Fuyez, etc. Depuis la prise de Babylone par Cyrus, il y était encore resté beaucoup de Juifs malgré la liberté que ce prince leur avait laissée de retourner dans leur patrie. C’est à eux que s’adressent ces paroles.

2.7 Fille de Babylone. Les orientaux appellent filles, les capitales, et les autres villes d’un pays.

2.8 Voici ce que dit, etc., semble annoncer que c’est Dieu même qui va parler ; mais la suite prouve que celui qui parle est l’envoyé de Dieu. Saint Jérôme en conclut que c’est Jésus-Christ qui parle de la bouche de cet ange, comme étant en même temps et l’envoyé de Dieu et Dieu lui-même, égal à Dieu son Père. Vox Salvatoris inducitur. ― Après la gloire (post gloriam). Cette expression, évidemment elliptique, semble faire allusion à ces mots du verset 5 : Je serai dans la gloire au milieu d’elle. Nous avons donc cru qu’on ne pouvait mieux restituer l’ellipse qu’en ajoutant par forme de paraphrase : Etablie au milieu de vous.

2.10 Fille de Sion. Voir le verset 7. ― Les promesses faites dans ce verset et le suivant n’ont été accomplies que dans le premier avènement de Jésus-Christ, et dans la vocation des gentils à la foi.

2.12 La terre sainte, c’est-à-dire, qui lui a été consacrée.

2.13 Toute chair ; hébraïsme pour, tous les hommes, tous les mortels.

3.1-10 4° Dans la quatrième vision, chapitre 3, le grand-prêtre Jésus, fils de Josédec, est debout devant un ange qui le fait revêtir d’ornements nouveaux, pour marquer la gloire future de la cité sainte et du Messie. Cette vision se termine, en effet, par une prophétie messianique.

3.2 Tison, etc. Voir sur cette expression, Amos, 4, 11.

3.8 Orient ; nom dans lequel les anciens Juifs et les chrétiens reconnaissent le Messie Comparer à Luc, 1, 78. Le mot hébreu correspondant tsémah, qui signifie germe, rejeton, est appliqué au Messie dans Isaïe, 4, 2 ; Jérémie, 23, 5 ; 33, 15 ; aussi bien que le titre de serviteur de Dieu dans Isaïe, 42, 1 ; 49, 3 ; 50, 10 ; 52, 13 ; 53, 11.

3.9 La pierre, etc., est encore un nom qui désigne le Messie dans Psaumes, 117, 22 ; Matthieu, 21, vv. 42, 44 ; Actes des Apôtres, 4, 11 ; Romains, 9, 32-33. ― Ces sept yeux peuvent signifier la plénitude des dons de l’Esprit de Dieu, que Jésus-Christ possédait sans mesure, ou bien la vigilance parfaite du divin Sauveur dans la formation, le progrès et la conservation de son Eglise. ― Je la graverai, etc. Beaucoup d’interprètes entendent ce passage des saints stigmates que la couronne d’épines, les clous de la croix, la lance du soldat, etc., ont laissés sur son corps adorable. ― En un seul jour ; le jour de sa passion.

3.10 Un homme, etc. ; image des biens spirituels apportés aux hommes par Jésus-Christ, et qu’ils devaient se communiquer dans le sein de son Eglise.

4.1-14 5° Dans la cinquième vision, chapitre 4, Dieu montre au prophète un candélabre d’or, placé entre deux oliviers ; le candélabre et les oliviers sont l’emblème du temple qui sera achevé par Zorobabel et enrichi de tous les dons du Saint-Esprit.

4.1 Qui parlait en moi. Voir Zacharie, 1, 9. ― Revint, c’est-à-dire qu’après s’être approché du grand-prêtre Jésus, auquel se rapporte le chapitre précédent, et après lui avoir parlé, l’ange revient à Zacharie, semble le frapper et l’éveiller ; car tout cela se passe en vision. Voir plus haut les Observations préliminaires aux Prophètes.

4.2 Le chandelier avait la forme de celui que Moïse décrit (voir Exode, 25, verset 31 et suivants ; 37, verset 17 et suivants) ; il avait sept lampes montées sur sept branches ; l’huile se communiquait également aux sept lampes par sept canaux qui la recevaient d’un vase placé sur le sommet du chandelier, et l’huile dont ce vase était rempli y découlait par des tuyaux qui s’étendaient vers les deux oliviers placés aux deux côtés du chandelier. Voir les versets 3 et 12.

4.8 Disant (dicens). Voir sur ce mot Aggée, 1, 1.

4.10 Les jours courts, dans le style biblique, sont ceux où il se fait peu de chose, comme au contraire les grands jours signifient les jours où se passent des choses importantes, de grands événements. Le sens de ce passage est donc : Qui est celui d’entre vous qui a pu voir avec mépris les faibles commencements du temple et regarder comme une entreprise téméraire sa reconstruction par Zorobabel, quand tous vous verrez avec joie ce prince de Juda, le plomb et le niveau à la main, hâter l’ouvrage, et le conduire heureusement à sa fin ? ― Ce sont là, etc. Ces mots semblent être l’interprétation du symbole des sept lampes (voir verset 2), lesquelles marquent à leur tour les sept anges qui sont comme les yeux et les inspecteurs dont Dieu se sert pour veiller à l’accomplissement de ses œuvres. Les rois de Perse avaient des officiers qu’on appelait les yeux du roi, et qui étaient comme ses espions.

4.14 Fils de l’huile ; hébraïsme, pour oints de l’huile. Ces deux oints de l’huile sainte sont Jésus comme grand-prêtre, et Zorobabel comme prince du peuple et de la famille des rois de Juda ; l’un et l’autre éclairés par les sept lampes et tous deux versant l’huile pour entretenir ces lampes, parce qu’avec l’assistance des anges ils sont les ministres de la puissance du Seigneur pour l’exécution de ses dessins sur son peuple. Sous un autre point de vue ils représentent les deux apôtres, saint Pierre et saint Paul, qui ont été dans l’établissement de l’Eglise les principaux ministres des miséricordes du Seigneur pour la conversion des Juifs et des gentils ; de même qu’à la fin des temps, les deux prophètes Elie et Hénoch seront envoyés de Dieu, l’un pour ramener les Juifs à Jésus-Christ, et l’autre pour prêcher la pénitence aux nations ; c’est de ceux-ci qu’il est dit dans l’Apocalypse, 11, 4 : Ce sont les deux oliviers et les deux chandeliers dressés devant le Seigneur de la terre.

5.1-11 6° et 7°. Dans la sixième et la septième vision, qui ont l’une et l’autre la même signification, chapitre 5, un volume qui s’envole et une femme placée dans un épha ou amphore avec un poids de plomb, soulevée en l’air par deux autres femmes, figurent l’exclusion des pécheurs du royaume de Dieu.

5.2 Sa longueur, etc. Les anciens livres étaient composé de feuilles ou de morceaux de vélin attachés bout à bout et en longueur, qu’on roulait autour d’un bâton.

5.3 Tout voleur, etc. Le vol peut s’entendre ici de toutes les injustices et les violences exercées contre les hommes ; et le faux jurement, ou parjure, de toutes les fautes commises contre Dieu. ― Faussement est évidemment sous-entendu, on le voit par le verset suivant.

5.5 Qui parlait en moi. Voir Zacharie, 1, 9.

5.6 Amphore. Voir Daniel, 14, 2. ― C’est leur œil, etc. ; c’est-à-dire, leur ressemblance, leur vrai portrait, selon les uns, ou bien, suivant les autres, c’est sur l’amphore qu’est fixé leur œil, pour la remplir de leurs crimes.

5.7 Talent (talentum) ; est expliqué par masse (massam) au verset 4. ― Seule (una). Ce mot, qui se trouve aussi dans l’hébreu et dans les Septante, a été mis dans le texte probablement parce qu’au verset 9 il est question de deux femmes.

5.9 Ces eux femmes signifient, selon les Juifs, les Mèdes et les Grecs, qui ont affligé les Babyloniens, et qui ont établi leur monarchie dans leur pays ; selon saint Jérôme, les Hébreux eux-mêmes, dont ceux du royaume d’Israël furent emmenés captifs par les Assyriens, et ceux de Juda par les Chaldéens.

5.11 Dans la terre de Sennaar, c’est-à-dire à Babylone, qui était dans cette terre. Comme dans le style figuré des prophètes, et dans le livre même de l’Apocalypse, Babylone représente Rome païenne, la terre de Sennaar peut très bien représenter ici l’empire romain, au milieu duquel les Juifs ont été transportés et dispersés depuis Jésus-Christ.

6.1-8 8° Dans la huitième vision, chapitre 6, versets 1 à 8, quatre chars correspondant aux quatre vents ou points cardinaux, voir Daniel, 7, 2 ou 8, 4 ?, sortent de deux montagnes d’airain (Sion et Moria) : c’est le signe du jugement par lequel Dieu renouvelle le monde coupable.

6.1 Les quadriges, d’après le verset 5, représentent les vents du ciel. Voir ce verset.

6.4 Qui parlait en moi. Voir Zacharie, 1, 9.

6.5 Ces quatre vents du ciel, figurés par les quatre quadriges, sont, suivant l’opinion commune, les quatre monarchies mentionnées dans Daniel, chapitres 2 et 7, c’est-à-dire, celles des Chaldéens, des Perses, des Grecs et des Romains.

6.8 Le sens de toute la vision poétique est que Dieu, dominateur souverain de toute la terre, fera subir la punition qu’ils méritent, non seulement aux Juifs, mais encore à tous les peuples du monde qui s’opposent à ses ordonnances, jusqu’à ce que sa justice soit satisfaite.

6.9-15 9° Enfin une action symbolique, chapitre 6, versets 9 à 15, le couronnement du grand-prêtre, Jésus, indique qu’Orient, le chef du royaume de Dieu, réunira en sa personne la dignité de roi et de pontife.

6.9 Disant (dicens). Voir Aggée, 1, 1.

6.10 Holdaï, Tobie, Idaïa et Josias étaient des délégués des Juifs qui étaient restés à Babylone, et qui étaient venus apporter des présents pour le temple. Le Prophète devait, au jour marqué par le Seigneur, se rendre auprès d’eux, et recevoir leur or et leur argent, dont la destination est indiquée avec plus de détails dans les versets suivants.

6.12 Voir Luc, 1, 78. ― Voilà l’homme, etc. Ces paroles semblent, au premier abord, se rapporter à Zorobabel, qui était le rejeton, l’espérance de la maison de David, et que Dieu avait choisi pour rétablir son temple ; mais les mots, il germera de lui-même (littéralement sous lui, subter eum), ne conviennent qu’à Jésus-Christ, vrai rejeton de David, qui dans sa naissance temporelle n’a rien emprunté d’aucun homme mais est sorti d’une vierge immaculée, comme un rejeton de sa souche (voir Isaïe, 11, 1), et qui a bâti le temple le plus glorieux qui pût être élevé à Dieu, son Eglise, édifice spirituel dont nous sommes nous-mêmes les pierres vivantes. Comparer à Zacharie, 3, 8.

6.15 Si vous écoutez fidèlement ; avec une grande attention ; littéralement, et par hébraïsme, si par audition vous écoutez.

7.1-14 IIe section : Réponse du Seigneur aux envoyés de Béthel à l’occasion du jeûne en mémoire de la prise de Jérusalem par les Chaldéens, chapitres 7 et 8. ― L’an 518, des messagers vinrent de Béthel à Jérusalem pour demander aux prêtres et aux prophètes si le jeûne institué, en signe de deuil, à cause de la ruine de la capitale et du temple par Nabuchodonosor, devait être encore observé, maintenant que la ville et la maison de Dieu étaient restaurés, chapitre 7, versets 1 à 3. Dieu leur fait répondre par Zacharie que ce qui lui plaît, ce n’est pas l’abstinence, mais l’obéissance, versets 4 à 7 ; s’il a dispersé son peuple parmi les païens, c’est à cause de son indocilité, versets 8 à 14 ; désormais il traitera Sion avec bonté, après l’avoir affligé, chapitre 8, versets 1 à 17 ; il changera les jours de jeûne en jours de joie et glorifiera la cité sainte, de telle sorte que des peuples puissants et nombreux accourront pour l’y adorer, quand ils se convertiront, à la venue du Messie, versets 18 à 23.

7.1 Du neuvième mois. Voir Aggée, 2, 11.

7.2 Le texte hébreu porte : On envoya à Béthel Sarasar et Rogommélech, etc. Sarasar est un nom assyro-chaldéen, signifiant : (Que Dieu) protège le roi ! L’Israélite qui le portait était né sans doute en Chaldée.

7.3 ; 7.5 Le cinquième mois. Voir Ezéchiel, 20, 1. ― Me sanctifier, c’est-à-dire, me purifier. Le jeûne et les lamentations en usage dans le cinquième mois furent établis en mémoire de l’incendie du temple, brûlé par les Chaldéens le dixième jour de ce même mois (voir Jérémie, 39, 8 ; 52, 13). Les envoyés parlent au nom du corps des Juifs, pour lequel ils sont venus consulter ; de là vient qu’ils emploient le nombre singulier.

7.4 ; 7.8 Disant (dicens). Voir Aggée, 1, 1.

7.5 Voir Isaïe, 58, 5. ― Le septième mois. Voir Aggée, 2, 2. ― Le jeûne et les lamentations usitées dans le septième mois furent établis et fixés au troisième jour de ce mois, en souvenir du meurtre de Godolias et de la dispersion du reste du peuple qui était avec lui. Voir 4 Rois, 25, 25 ; Jérémie, 41, vv. 1, 3.

7.7 Par l’entremise (per manum). Voir Aggée, 1, 1.

7.10 Voir Exode, 22, 2 ; Isaïe, 1, 23 ; Jérémie, 5, 28. ― N’opprimez point (nolite calumniari). Voir Jérémie, 50, 33.

7.14 Derrière eux, ou après eux ; c’est le vrai sens du ab eis de la Vulgate, expliqué par l’hébreu et les Septante.

8 Ce chapitre contient la continuation du discours précédent à l’occasion des envoyés de Sarasar et de Rogommélech.

8.1 ; 8.18 Disant (dicens). Voir Aggée, 1, 1.

8.2 Et j’ai été animé, etc., parce qu’elle a méprisé et outragé mon amour pour elle.

8.3 Sainte ; littéralement, sanctifiée (sanctificata), c’est-à-dire, consacrée à Dieu. Ces titres de cité de la vérité ou de la fidélité, et de montagne sainte, n’appartiennent proprement qu’à l’Eglise chrétienne, dont ils caractérisent la sainteté, l’unité et la visibilité.

8.8 Je les ramènerai, etc. Cette promesse n’aura son parfait accomplissement sur les Juifs que lorsque d’abord revenus sur leur terre et notamment à Jérusalem [ce qui est effectif depuis 1948 et surtout 1967], ils se convertiront enfin, après la chute de l’Antéchrist, et apporteront ainsi au monde des « temps de rafraîchissement » (voir 2 Pierre, 3, 9). Comparer à Luc, 21, 24 et Romains, 11, 15.

8.10 Dans les premières années qui suivirent le retour de la captivité, il n’y avait parmi les Juifs ni gain, ni commerce ; ils étaient entièrement livrés aux divisions, aux querelles et aux procès ; d’une autre côté la jalousie et la haine de leurs ennemis du dehors ne leur donnaient aucun repos (voir 1 Esdras, chapitre 4 ; 2 Esdras, chapitre 4 ; Aggée, 2, vv. 16, 18).

8.12 Les biens terrestres que Dieu promet ici à son peuple sont l’image des biens célestes qu’il promet aux vrais fidèles. ― La rosée du ciel est le symbole de la grâce, et les productions de la terre représentent les fruits de justice que nos âmes produisent par l’influence de cette rosée.

8.16 Voir Ephésiens, 4, 25. ― A vos portes, c’est-à-dire, aux portes de vos villes ; c’est là que se trouvaient les tribunaux.

8.19 Du quatrième mois. Voir Ezéchiel, 1, 1. ― Du cinquième de l’année sacrée, et onzième de l’année civile. Il commençait à la nouvelle lune de juillet, selon les rabbins, mais c’était plus probablement à celle d’août. ― Du septième. Voir Aggée, 2, 2. ― Du dixième. Voir Ezéchiel, 24, 1. ― Ces quatre jeûnes étaient célébrés depuis la captivité, et les Juifs les observent encore aujourd’hui.

8.20 Que des peuples viennent encore (usquequo veniant populi) ; selon l’hébreu, encore que viendront.

8.23 De toutes les langues des nations ; hébraïsme, pour des nations de toutes les langues, ou de toutes les nations et de toutes les langues. ― La frange, etc., c’est-à-dire les houppes que Moïse ordonne aux Hébreux de mettre aux coins de leurs manteaux, pour les distinguer des autres peuples (voir Nombres, 15, 38 ; Deutéronome, 22, 12). ― Nous irons, etc. Ces promesses trouveront leur accomplissement lors de la restauration d’Israël converti, lors du second Avènement et du Règne glorieux du Messie. Comparer à Isaïe, 11, 6-9 ; 65, 17-25 et Romains, 11, 15.

9.1-17 IIIe section : Prophéties contre Hadrach et Israël, du chapitre 9 au chapitre 14. ― La dernière section contient deux oracles, qui portent le nom de massa’ ou malheur accablant ; le premier est dirigé contre Hadrach et les pays voisins, du chapitre 9 au chapitre 11 ; le second contre Israël, du chapitre 12 au chapitre 14. ― 1° Oracle contre Hadrach. La position de cette ville est restée inconnue jusqu’à nos jours ; un certain nombre d’exégètes, même contemporains, ont soutenu que ce nom était purement symbolique et ne répondait à aucune réalité ; c’est une erreur : la ville d’Hadrach a existé ; elle est plusieurs fois mentionnée dans le récit des guerres des rois d’Assyrie ; elle était située en Syrie. Elle est mentionnée ici avec tous les pays voisins, Damas, Hamath, la Phénicie et le pays des Philistins. Toute cette contrée sera ruinée, chapitre 9, ce qui eut lieu par les armes d’Alexandre le Grand ; le peuple de Dieu, au contraire, sera béni et puissant, chapitre 10 ; il reviendra de la captivité sous son nouveau roi.

9.1 Malheur accablant. Voir Isaïe, 13, 1. ― Hadrach est selon la plupart des nouveaux interprètes le nom d’une petite contrée voisine de Damas. ― Lieu de son repos ; c’est-à-dire, qu’Hadrach se reposait sur Damas, mettait toute sa confiance en elle. Les anciens l’ont pris pour un mot symbolique, qui doit s’expliquer par sa signification même ; mais on est loin de s’accorder sur son vrai sens. ― Il paraît que les prophéties contenues dans ce chapitre contre les Syriens, les Phéniciens et les Philistins regardent les expéditions d’Alexandre le Grand contre ces peuples. ― L’œil du Seigneur, etc., veille sur chaque homme en particulier et sur toutes les tribus d’Israël (comparer au verset 8) ; littéralement, selon la Vulgate et l’hébreu du (ou au) Seigneur est l’œil (c’est-à-dire, l’inspection, l’observation) d’un homme et de toutes, etc., et, selon les Septante, le Seigneur inspecte (ou observe) hommes et toutes tribus d’Israël.

9.4 Sur la mer. Alexandre coula à fond les vaisseaux de Tyr devant ses murailles.

9.5-6 Ascalon, Gaza, Accaron, Azot, les quatre principales villes des Philistins, au sud-ouest de la Palestine.

9.6 Un étranger (separator) ; ainsi les Septante ; selon l’hébreu, un bâtard, c’est-à-dire, Alexandre, comme l’entendent quelques-uns, ou bien les colonies d’étrangers d’une origine fort différente, que ce prince avait mises dans les villes des Philistins, et qui étaient par rapport à eux, et aux villes qu’on leur donnait, de véritables bâtards ; ou bien enfin les Juifs qui se rendirent maîtres des villes des Philistins sous les Machabées, ce que les versets suivants donnent à entendre.

9.7 Son sang, le sang qu’il boit ; soit le sang des victimes qu’il a immolées, soit celui qui se trouve dans les viandes que l’on mange, les Hébreux avaient horreur de tous ceux qui mangeaient de la viande avec le sang. ― Ses abominations ; ses viandes consacrées aux idoles. ― Comme un Jébuséen, c’est-à-dire, comme un habitant naturel de Jérusalem. Cette ville était anciennement habitée par des Jébuséens, et elle s’appelait même Jébus.

9.8 Sur eux ; sur mon peuple. ― De mes yeux ; d’un œil favorable.

9.9 Voir Isaïe, 62, 11. ― Fille de Sion, fille de Jérusalem. Voir Zacharie, 2, 7. ― Il n’y a que Jésus-Christ qui ait parfaitement accompli les prédictions contenues dans ce verset et le suivant. Comparer à Matthieu, 21, 5 ; Jean, 12, 15.

9.10 Depuis une mer, etc. Son royaume comprendra la terre entière.

9.11 Par le sang, etc. L’alliance faite par le Seigneur avec les Hébreux sur le Sinaï fut scellée par le sang (voir Exode, 24, 8 ; Lévitique, 17, 11 ; Hébreux, 9, 18). Par cette alliance ils se consacrèrent au Seigneur, et ils acquirent un droit à sa protection. ― Un lac qui est sans eau, signifie une prison (voir Jérémie, 38, 6) ; et la prison elle-même est la figure d’une grande affliction (voir Psaumes, 39, 2 ; 87, 7 ; Isaïe, 42, 22).

9.13 J’ai tendu, etc. On entend communément ceci des victoires que les Juifs remportèrent du temps des Machabées sur les rois gréco-syriens.

9.14 Un tourbillon du midi. Les tempêtes du midi dans la Palestine ont toujours été très violentes.

9.15 Les coupes qui servent aux sacrifices. ― Les cornes de l’autel où l’on égorge les victimes.

9.17 Ce froment et ce vin sont ici la figure de l’Eucharistie, qui est la nourriture des élus, le pain des forts, et qui fait croître la pureté des âmes saintes.

10.1 La pluie dans l’arrière-saison ; hébraïsme, pour de l’arrière-saison. ― Une pluie abondante ; littéralement et par hébraïsme, une pluie de pluie.

10.3 Je visiterai les boucs ; je punirai les chefs, les conducteurs du peuple. ― Son cheval de gloire ; littéralement, et encore par hébraïsme, le cheval de sa gloire, c’est-à-dire, le cheval instrument de sa gloire.

10.4 De lui ; de Juda. ― Cette prophétie s’est vérifiée en Jésus-Christ, qui est sorti de la tribu de Juda, étant fils de David selon la chair, et qui est en même temps la vraie pierre angulaire qui lie l’édifice spirituel. Voir Isaïe, 22, verset 23 et suivants.

10.6 La maison de Joseph ; les dix tribus qui avaient pour chef celle d’Ephraïm, fils de Joseph.

10.7 Les braves d’Ephraïm. La tribu d’Ephraïm fut toujours célèbre par sa valeur (voir Deutéronome, 33, 17). La suite de la prophétie se rapporte particulièrement aux dix tribus.

10.8 Je sifflerai ; littéralement je leur sifflerai. Voir Isaïe, 5, 26.

10.10 Du Liban, dans la Palestine du nord. Le pays de Galaad et la Galilée furent très peuplés du temps des Machabées et beaucoup de Juifs s’y étaient établis.

10.11 Israël passera, etc. ; allusion au passage de la mer Rouge, et à celui du Jourdain. ― Du fleuve (fluminis) probablement du Nil ; car le terme hébreu correspondant Yeor ne s’emploie presque jamais que pour signifier ce fleuve. ― Confondues, de se voir mises à sec. Voir Joël, 2 (?), 10, où sont cités plusieurs exemples d’une semblable prosopopée.

11.1-17 Un tableau de désolation succède, chapitre 11, au tableau de félicité, chapitre 10. La terre d’Israël est dévastée par les ennemis qui l’ont envahie, chapitre 11, versets 1 à 3. Zacharie reçoit l’ordre de soigner et de garder avec soin le troupeau destiné à la mort, (son peuple) qu’il avait abandonné aux Gentils, versets 4 à 6. Le Prophète, armé de deux bâtons, appelés l’un Beauté et l’autre Cordeau, protège avec le premier contre les nations les brebis confiées à ses soins, et avec le second il les tient réunies. Cependant Dieu, en un mois, c’est-à-dire 30 jours ou 30 x 7 = 210 ans, voir Daniel, 9, 2 et Jérémie, 25, 11 ; 29, 10 et Daniel, 9, 24, détruit trois pasteurs de peuples (de peuples), chapitre 11, versets 1 à 8, les Chaldéens, les Perses et les Grecs ; il abandonne les Juifs et les livre à leur malheureux sort, chapitre 11, versets 7 à 11. Dieu leur dit alors : Puisque je ne serai plus votre pasteur et que vous m’obligez à vous quitter, donnez-moi au moins mon salaire. Dieu continue : ils me traitent comme un vil esclave, ils m’offrent le salaire d’un esclave, trente sicles d’argent. Le Seigneur fait rejeter cette somme dans le temple, et son peuple cesse de lui appartenir, son alliance avec les Juifs est rompue, versets 12 à 14. L’histoire de Notre-Seigneur nous explique clairement ce passage. Le Messie, méconnu des siens, fut acheté trente sicles d’argent ; cette somme fut rapportée au temple par Juda, le traître qui l’avait reçue, et consacrée par les prêtres à acheter le champ du potier. ― Le peuple élu, désormais irrévocablement délaissé par Dieu, est livré à un pasteur insensé, les Romains qui consomment sa ruine, versets 15 à 17.

11.1 Liban. Le temple peut être comparé au Liban à cause de la quantité de colonnes de cèdre qui ornaient ses portiques. Le Prophète annonce ici la dernière ruine du temple par les Romains.

11.2 Des grands ; des princes, des nobles, etc. ; littéralement, des magnifiques (magnifici) ; ce mot, mis au masculin dans la Vulgate, ne saurait se rapporter à cèdres ni à arbres en général, parce que l’un et l’autre sont en latin du féminin. ― Le terme hébreu adirim est une épithète qu’on donne ordinairement aux princes, aux hommes illustres, puissants, etc. ― La forêt fortifiée. Le temple était une vraie forteresse ; c’est ainsi que Tacite (Hist., V) le représente. ― Basan. Voir Nombres, note 21.33.

11.3 Le bruit, etc. Voir Jérémie, 12, 5 ; 49, 19 ; 50, 44.

11.5 Sans pitié ; littéralement, et n’étaient pas affligés (et non dolebant). Cela peut regarder particulièrement les violences des Romains à l’égard des Juifs.

11.6 Chacun, etc. Au dernier siège de Jérusalem, les différentes factions qui existaient parmi le peuple juif se détruisirent les unes et les autres. Ceux qui survécurent tombèrent sous la domination de leur roi, c’est-à-dire de l’empereur romain, auquel ils aimèrent mieux se soumettre qu’à Jésus-Christ (voir Jean, 19, 15).

11.7 Je paîtrai, etc. Zacharie (comparer au verset 4), en cette qualité de pasteur, représentait Jésus-Christ même. ― Beauté (decorem). Le terme hébreu signifie aussi douceur, aménité, c’est-à-dire le gouvernement doux et plein de bonté que Dieu a exercé pendant longtemps envers son peuple après la captivité. ― Cordelette (funiculum) ou fouet ; symbole de la sévérité avec laquelle Dieu a commencé à punir les Juifs à cause de l’abus qu’ils ont fait de ses grâces et de ses bienfaits, et a continué de les châtier jusqu’à la fin. Selon d’autres, Cordelette, marque l’union qui devait être entre les deux maisons d’Israël et de Juda, c’est-à-dire le peuple ancien et le peuple nouveau (voir verset 14).

11.8 Les trois pasteurs, sont, selon la plupart des interprètes, les prêtres, les princes et les magistrats, et suivant quelques-uns, trois personnages, mais sur lesquels on est loin de s’accorder ; suivant d’autres enfin, le nombre trois est mis pour un nombre indéterminé. ― Un seul mois, suivant l’opinion commune, signifie un court espace de temps.

11.9 Ce verset semble annoncer les trois fléaux les plus redoutables, la guerre, la peste et la famine.

11.12-13 Comparer cette prophétie avec Matthieu, 26, 15 ; 27, verset 3 et suivants.

11.12 Voir Matthieu, 27, 9.

11.14 Juda désigne les Juifs fidèles qui crurent en Jésus-Christ, et Israël, les Juifs endurcis qui le rejetèrent.

11.15 Les instruments (vasa), etc., tels qu’une besace percée qui ne pourrait pas contenir ce qui est nécessaire pour lui et pour ses brebis, une houlette noueuse ou ferrée dont les coups blessent et donnent même la mort. Ce pasteur insensé qui succède au vrai pasteur, à Jésus-Christ, est Caligula, ou Claude ou enfin Néron ; car selon les historiens romains eux-mêmes, ces trois empereurs étaient des insensés ou des furieux ; et le portrait qu’en fait Zacharie au verset suivant, leur convient parfaitement.

11.17 O pasteur et idole, c’est-à-dire, fantôme de pasteur. ― Un glaive, etc. L’historien Josèphe assure (Antq., I, XIX, chapitre 1) que lorsque Caligula fut tué par Chéréas et par ses conjurés, on lui porta le premier coup au haut du bras entre le cou et l’épaule ; et que comme il voulait se sauver, un des conjurés le fit tomber à terre sur ses genoux, et qu’il fut achevé par les autres. Ce fut sans doute alors qu’il reçut sur l’œil droit le coup dont parle Zacharie. Ajoutons que l’œil droit et le bras peuvent être employés ici d’une manière figurée pour désigner la force et la lumière de l’homme, ce que l’homme a de plus cher de plus nécessaire.

12.1-14 2° Prophétie sur Israël, du chapitre 12 au chapitre 14. Zacharie annonce, en terminant, la gloire finale de Jérusalem dans la conversion des peuples au Messie. La guerre contre Jérusalem ou l’Eglise tournera au détriment de ses ennemis, chapitre 12, versets 1 à 4. Dieu fera triompher son peuple, versets 5 à 9 ; il répandra sur lui son esprit et sa grâce, de sorte que Juda regrettera amèrement la mort du Messie, versets 10 à 14, et se purifiera de toute idolâtrie, chapitre 13, versets 1 à 6. Cependant le Seigneur extirpera les méchants du milieu des bons, versets 7 à 9 ; les nations marcheront contre Jérusalem, la prendront et emmèneront en captivité la moitié de ses habitants, chapitre 14, versets 1 et 2 ; mais quand les impies auront été ainsi punis, Dieu sauvera le reste des siens, il viendra établir son royaume, versets 3 à 5 ; de Jérusalem coulera sur toute la terre un fleuve de salut, versets 6 à 11 ; les ennemis de la cité sainte seront anéantis, versets 12 à 15 ; les autres peuples se convertiront et adoreront le vrai Dieu, versets 16 à 21.

12.1 Malheur accablant. Voir Isaïe, 13, 1.

12.2 Une porte ; littéralement, un linteau (superliminare). Par une figure souvent employée dans la Bible, la partie est mise ici pour le tout. Ainsi je ferai de Jérusalem un lieu où l’on s’enivre ; tous les peuples viendront pour l’attaquer, mais ils s’y enivreront et tomberont. ― Mais Juda même, etc. Comparer à Zacharie, 14, 14.

12.3 Une pierre de poids. Selon saint Jérôme il y avait dans les villes et les villages de la Palestine une ancienne coutume qui existait encore de son temps, et qui consistait en ce que les jeunes hommes, pour essayer leurs forces, soulevaient le plus haut qu’ils pouvaient de grosses pierres rondes.

12.7 Ne se glorifie point, comme si c’était par ses propres forces qu’elle eût remporté ces avantages. ― Ne s’élève pas contre Juda, comme si c’était à elle (à la gloire des habitants de Jérusalem) que Juda fût redevable de son salut.

12.8 Comme David, c’est-à-dire, fort comme David. ― Une maison de Dieu ; inaccessible aux hommes.

12.10 Ils regarderont, etc. Quelques-uns entendent ce passage de Judas Machabée qui fut tué par les ennemis ; mais la plupart conviennent qu’il regarde littéralement Jésus-Christ crucifié par les Juifs et reconnu par eux (voir Jean, 19, 37 ; Luc, 23, 48 ; Actes des Apôtres, 2, 37). ― Ils pleureront amèrement ; littéralement et par hébraïsme, ils pleureront de pleur (plangent planctu). ― Leur fils. Le pronom leur est représenté dans le texte hébreu par l’article déterminatif.

12.11 Mageddon, la même ville que Mageddo (voir Josué, 17, 11). On croit que le Prophète fait allusion au deuil qu’on fit à la mort de Josias, roi de Juda, blessé à Mageddo en combattant contre l’armée de Néchao, roi d’Egypte (voir 4 Rois, 23, 29 ; 2 Paralipomènes, 35, 22-25).

12.12 Dans les deuils publics et solennels, on allait par bandes, les hommes à part et les femmes à part, pleurer sur les places publiques, dans les rues, et même hors des villes, en poussant des cris et des lamentations ; quelquefois, pour rendre la pompe plus triste et plus touchante, on employait des instruments d’un son lugubre. Les voyageurs assurent que cela se pratique encore aujourd’hui dans plusieurs contrées de l’Orient.

12.13 La maison de Nathan était une des principales branches de la famille de David, mais qui n’avait pas eu de part à la royauté (voir 1 Paralipomènes, 3, 5). ― Les familles de Séméi étaient une des principales branches de la famille de Lévi, mais qui n’avaient pas eu de part au sacerdoce (voir 1 Paralipomènes, 6, 17).

13.1 Une fontaine ; probablement la même que celle dont il est parlé dans Ezéchiel, 47, verset 1 et suivants ; Joël, 3, 18. Dans le sens littéral, c’était l’eau que l’on conduisait au temple par des aqueducs après la captivité, et qui servait aux ablutions et aux purifications légales ; mais, dans le sens figuré, elle marque l’eau du baptême et la piscine de la pénitence.

13.2 Voir Ezéchiel, 30, 13.

13.3 Le perceront. Comparer au verset 6. Voir Deutéronome, 13, vv. 6, 10 ; 18, 20, où est exposé le châtiment que la loi infligeait aux faux prophètes.

13.4-6 Lorsqu’un faux prophète verra sa fourberie découverte, il prétendra qu’il n’est pas prophète, mais simple agriculteur, et que les plaies de ses mains lui ont été faites par ses parents en punition de ses fautes. Comparer au verset 3. L’Eglise, dans son office, applique les paroles du 6e verset aux plaies adorables du Sauveur.

13.4 D’un sac ; littéralement, d’un manteau de sac (pallio saccino), c’est-à-dire, fait en forme de sac, ou bien de poils, comme étaient les sacs ; vêtements des prophètes.

13.5 Adam est mon modèle. L’hébreu porte : Un homme m’a possédé, m’a acheté, dès ma jeunesse, c’est-à-dire, tant s’en faut que je sois prophète que je suis obligé de cultiver la terre et de me livrer aux plus rudes travaux comme un esclave.

13.7 Frappe le pasteur. Jésus-Christ s’est appliqué à lui-même cette prophétie (voir Matthieu, 26, 31 ; Marc, 14, 27). ― Au lieu de frappe (percute), qu’on lit dans l’hébreu comme dans la Vulgate, l’Evangile porte, je frapperai (percutiam).

13.8 Deux parties : les interprètes comprennent ici : les Juifs et les gentils. ― La troisième partie : les Chrétiens ; mais peut-être est-il mieux de comprendre, pour la troisième partie, celles des Juifs qui se convertira et qui, terriblement éprouvée, sera reconnue comme le vrai peuple de Dieu.

13.9 Je la chaufferai ; littéralement, je les (eos) ; ce pronom masculin pluriel, qui se lit aussi dans l’hébreu, est mis comme représentant le nom collectif partie, lequel représente lui-même le pluriel masculin hommes. ― Elle ; littéralement, lui-même (ipse) ; ce pronom masculin qui se trouve également dans l’hébreu, se rapporte grammaticalement, en vertu d’un pur hébraïsme, non point à partie (partem) qui précède, mais à peuple (populus) qui suit immédiatement.

14.1 Voici que viendront, etc. ; prophétie que les uns rapportent à la persécution d’Antiochus Epiphane, et les autres au temps de la guerre des Romains contre les Juifs.

14.3 Du combat, pour son peuple. Comparer à Exode, chapitre 14.

14.4 Ses pieds, etc. Ceux qui appliquent le sens littéral de ce passage à la persécution d’Antiochus prétendent que le sens est que Dieu prendra la défense de son peuple, et donnera pour marque de sa présence un grand tremblement de terre ; mais ceux qui l’expliquent de la guerre des Romains contre les Juifs disent que Zacharie désigne ici les creux et les profondeurs que firent les troupes romains en creusant dans les montagnes, afin d’en tirer une grande quantité de terre et des pierres, pour faire leurs terrasses, leurs murailles et leurs ouvrages, dans la vallée du Cédron et au midi de Jérusalem. Comparer au verset suivant. [Mais le sens obvie et premier de cette prophétie vise le grand combat que toutes les Nations livreront contre Israël à la fin des temps, lors du Règne de l’Antéchrist ; combat eschatologique accompagné de phénomènes cosmiques. Viendra ensuite le Règne glorieux du Messie.]

14.5 Dans les jours d’Ozias, etc. Comparer à Amos, 1, 1. ― Et tous les saints avec lui. Voir Deutéronome, 33, 2. ― La vallée de ces montagnes. La vallée du Cédron.

14.6 La lumière signifie la joie, le bonheur, et la gelée (le froid), la tristesse, l’affliction.

14.7 Jour signifie également joie, bonheur, et nuit, affliction, malheur. Dans la guerre des Juifs contre les Romains, il y eut un temps où il n’était ni jour ni nuit, c’est-à-dire où le succès du combat demeura douteux entre les uns et les autres ; mais au moment du soir il y eut de la lumière, c’est-à-dire, vers la fin du combat, les Romains eurent l’avantage.

14.8 Des eaux vives, etc. Cette prédiction ne saurait s’entendre à la lettre, de la Jérusalem terrestre, qu’on la considère depuis la persécution d’Antiochus, ou depuis sa dernière prise par les Romains. Ces eaux vives sont la figure du baptême et des autres sacrements de l’Eglise, de la doctrine de l’Evangile et de la grâce du Saint-Esprit. ― La mer orientale, la mer Morte qui représente les Juifs. ― La mer occidentale, la mer Méditerranée, qui figure les gentils. ― L’été et l’hiver, chez les Hébreux, comprennent l’année entière.

14.9 Le Seigneur, etc. Ce passage se rapporte évidemment à Jésus-Christ et à la religion chrétienne. Comparer à Matthieu, 28, 18 ; Jean, 13, 13-14 ; Philippiens, 2, vv. 9, 11.

14.10 Elle habitera, etc. Voir Zacharie, 12, 6. ― Remmon, au midi de Jérusalem, pour distinguer ce Remmon d’un autre qui était au nord de la Palestine, voir Josué, 19, 13. ― Pour les portes et les tours mentionnées ici, voir la note 17 à la fin du volume (appendices).

14.13 Un grand tumulte, etc. ; c’est-à-dire, le Seigneur excitera un grand tumulte. ― Sa main, etc., pour y trouver un secours, un appui, selon les uns, ou pour le livrer au persécuteur, et l’empêcher de se défendre, ce qui paraît plus conforme au contexte.

14.14 Très ; beaucoup. C’est le vrai sens du satis de la Vulgate expliqué par l’hébreu.

14.15 Ainsi sera la destruction, comme cette destruction. Pour le sens de ces mots il faut se reporter au verset 12. ― Par cheval, mulet, etc., quelques interprètes entendent les simples soldats, les peuples grossiers et stupides ; mais chez les anciens l’anathème s’étendait aux animaux aussi bien qu’aux personnes (voir Josué, 6, 21).

14.16 La fête des tabernacles, une des trois fêtes solennelles que tous les Juifs étaient obligés d’aller célébrer à Jérusalem, en mémoire des quarante années qu’ils avaient passées sous des tentes dans le désert.

14.18 Ce ne sera pas la pluie sur eux. Un des traits caractéristiques du climat d’Egypte, c’est qu’il n’y pleut presque jamais ; l’inondation du Nil remplace la pluie. Voir Deutéronome, 11, 10-11.

14.19 La peine du péché. Dans l’Ecriture le mot péché se prend assez souvent pour punition, châtiment du péché.

14.20 Ce qui est sur la bride, etc. ; c’est-à-dire, les ornements en riches métaux qui décoraient les brides des chevaux. Anciennement les brides elles-mêmes étaient d’or. C’est du moins ce que nous apprennent Quinte-Curce et Virgile.

JesusMarie.comBible Vigouroux