JesusMarie.com------Islam
Islam
Père Zakaria Boutros
Épisode 37

Mohammed confronté aux grands principes de la morale, et l'assassinat de ses adversaires

L'auteur: Père Zakaria Boutros
L'éditeur: www.fatherzakaria.com

 Il est écrit dans  le coran que la venue du messager a été une grâce pour l'humanité, et qu'il constitue un exemple louable par l'élévation de son caractère.

 A supposer que le messager ait montré un caractère exemplaire par son élévation, on peut vraiment se demander comment s'applique cette élévation exemplaire à la conduite qui fut la sienne.

 Nous avons en effet un certain nombre de questions à poser sur sa façon de se conduire.
 Par exemple dans sa manière de dialoguer avec ses adversaires au plan des idées et de leur expression. S'il était vraiment d'un caractère d'une exceptionnelle noblesse, il aurait pu prêter quelque attention à leur opinion, à la raison pour laquelle ils étaient en désaccord avec lui, à leur façon de voir les choses. Et il aurait pu leur donner une réponse logique, visant à éclaircir ces choses. Et, au cas où un accord se serait révélé impossible, il aurait bien dû respecter la déclaration qu'il avait faite à La Mecque: « A vous votre religion, à moi la mienne! » Je ne suis qu'un prophète et un prédicateur, et ma mission se borne à vous délivrer  un message dans sa vérité et son intégralité...
 Mais sa conduite fut au contraire le plus souvent brutale, ce qui impose quelques explications.

 Mon propos n'est pas d'agresser qui que ce soit mais de poser une question fondamentale, et si quelqu'un a une réponse, qu'il nous la livre...

 Il y avait une vieille femme pleine de sagesse et de dignité. Elle avait atteint l'âge respectable de 120 ans et se nommait Ohm Kerfa. On la tenait pour sage parmi les Arabes. Mais elle exprima une opinion qui s'opposait à celle du messager. Il lui dépêcha une escouade sous le commandement de Zaïd ben Haritha. Celui-ci captura la vieille dame, la jeta par terre et lui attacha chaque pied avec une corde dont l'autre extrémité était reliée à un chameau. On fouetta les deux bêtes qui se mirent à courir dans des directions opposées afin de l'écarteler. (1)
 Voilà bien une scène particulièrement cruelle qui m'amène à me demander où se trouve la pitié pour son semblable dans une telle situation???

 Si quelqu'un a une réponse, je le remercie de me la donner...

 Et il usa de la même terrible barbarie avec tant d'hommes et de femmes.

 Mohammed se vengea notamment de 13 de ses adversaires en les massacrant à coups de sabre. Parmi ceux-ci il y avait un homme qui allait se marier. Mohammed lui envoya une délégation sous prétexte de le féliciter pour ses noces, mais ses sicaires en profitèrent pour l'abattre à coups de sabre.
 

 Les victimes du « beau modèle ».

 La liste est très longue des victimes de la cruauté de Mohammed. On y compte notamment: Ka'b ben El-Ashraf, le juif Aba-Afk, Bin El-Athall, le nasaréen Anas Bin Zaïnam, Abou-Soufyan Bin Hares, El-Howairis Bin Tafid, Aqaba Bin Abi-Mai't, Ka'b Bin Zahir et Ibn Abi El-Hakik.

 Ce dernier, Ibn Abi El-Hakik, le prophète lui envoya une délégation. Quand ils frappèrent à sa porte, c'est sa femme qui ouvrit. Ils la bâillonnèrent et la menacèrent de leur sabres en lui disant que si elle appelait ils lui coupaient le cou. Ils entrèrent dans la chambre de son mari qui dormait sur son lit. L'un d'eux enfonça la pointe de son sabre dans la poitrine du dormeur et appuya dessus de toute sa force jusqu'à ce qu'ils entendent les os craquer et voient la lame ressortir dans le dos de l'infortuné dormeur!!!

 Voilà des faits bien étranges à propos desquels  de nombreuses questions s'imposent d'elles-mêmes.

 Au nombre des tués on cite encore El-Aswad El-Abassy, Abdullah ben Sahad, El-Harith bin El-Samid; quant à Abdullah bin Abi El-Sarh on était sur le point de le tuer mais Othmann Ibn Affan intervint en sa faveur.

  Abdullah bin Abi El-Sarh était l'un des scribes de la tribu des Qoreish. Il se fit musulman et resta au service du messager comme scribe. Quand le verset de  la création descendit du ciel, il l'admira beaucoup et dit au messager: « Béni soit le meilleur des créateurs. » Le messager lui répondit: « Il est descendu tel que! » (Loué soit Allah, le meilleur des créateurs.) L'homme écrivit ainsi, mai il se disait dans sa tête: « Si je dis que le verset est arrivé exactement comme je l'ai formulé, alors je suis un prophète, et s'il n'est pas descendu tel que je l'ai formulé, alors pourquoi me dit-il de l'écrire tel que?.. » Mais il préféra garder le silence, et s'en retourna chez les Qoreish. Quand les musulmans conquirent La Mecque, le prophète dit à ses guerriers de capturer Abdullah et de le lui amener. Et pour les autres, il leur ordonna de les tuer même s'ils s'accrochaient aux tentures de la Ka'aba. Mais Othmann intervint en sa faveur en demandant au prophète de l'épargner. Alors il devint musulman, mais il avait bien failli être massacré.

 Pourquoi tuer systématiquement tout adversaire? Et pourquoi ne pas leur donner la possibilité de s'exprimer. Est-on bien sûr que l'arrivée du prophète fut une grâce pour l'humanité?
 

 Les femmes, victimes des massacres de Mohammed.

 Ohm Kerfa, cette vieille dame, il l'écartela en deux morceaux. Et Asma' Bint Marawan, il lui envoya Omeir ben Oday pour la tuer. Il revint auprès du messager pour lui dire qu'il l'avait tuée et le messager le félicita: « Dieu et son prophète t'ont donné la victoire Omeir! » Quelle victoire en effet qu'un assassinat!!!

 Parmi les femmes victimes de la folie meurtrière du prophète: Mademoiselle Sarah, la servante d'Omar Bent Hashim, et Mademoiselle Safay Bint Aba' Bin Rabi', et les deux filles d'El-Athal (cf. Sahih Muslim dans l'Histoire de la vie du prophète, que l'on trouve sur internet dans le livre d'El-Wafdy.)

 Il a massacré les Bani Koriza, emmena leurs femmes et leurs enfants comme captifs, et les vendit à El-Sham, les troquant contre des armes et des chevaux. (Cf. le livre d'El-Wafdy). Est-ce que vous imaginez bien cela???

 Et comme le dit Docteur Aïcha Abdurrahmann: « Cacher les évènements qui ont marqué la vie du prophète n'est pas acceptable dans le cadre d'une recherche honnête, et d'ailleurs le noble coran recommande de n'en rien cacher pour montrer toute l'humanité du prophète. Aussi tout savant musulman ne saurait cacher quoi que ce soit. Et dans tout ce que j'ai eu à connaître de la vie du messager je n'y ai jamais rien trouvé d'embarrassant qui ne puisse être mis en lumière. »
 Il semble qu'elle n'ait guère fait de recherches sur tous les faits que je viens de rapporter...

 Bien sûr tout homme a des adversaires, et le mieux c'est  de les tuer. Mais nous parlons ici d'un homme qui est un prophète et comme tel un exemple pour les autres ça n'est pas si facile...
 

 Comment doit-on traiter ses ennemis, et les autres d'après la Bible:

 Le Christ a dit dans son fameux Sermon sur la montagne, que l'on trouve dans l'Évangile de Mathieu, chapitre 5: « Aimez vos ennemis, priez pour vos persécuteurs. »
 
 Deux disciples du Christ arrivèrent dans une ville et ses habitants les battirent violemment jusqu'à les laisser pour morts. Mais quand ils s'en retournèrent ils se réjouissaient d'avoir été trouvés dignes de souffrir ce déshonneur pour son nom.
 Cf. Actes 5: 41: « La gloire, je ne la tiens pas des hommes. »

 Car quelqu'un qui vit pour sa mission, il lui faudra souffrir pour remplir cette mission. Voilà pourquoi je ne peux pas comprendre la position du prophète de l'islam envers ses adversaires.
 Je ne prétends pas juger par moi-même, je demande simplement, en essayant de comprendre. Et je sais que bien des gens se posent la même question, sans comprendre. Et si quelqu'un demande on lui répond: « Ne perds pas ton temps à poser des questions! » « Ne pose pas de question sur des choses qui, si elles étaient connues de toi, te mettraient en grand danger. » Sourate de la Table servie (El-Ma'diah'), verset 101.

 Il est difficile pour l'homme du commun de pardonner à ceux qui l'insultent, mais pour qui vit avec Dieu c'est possible. Car Dieu lui donne une grâce particulière pour avoir la force de pardonner, s'il la sollicite. Car il recevra alors la puissance du Saint Esprit et la capacité de se conduire avec droiture. Alors il dira: « Je puis faire toute chose avec le Christ, parce qu'il m'en donne la force. » Et encore « ...car la loi de l'esprit qui donne la vie dans le Christ-Jésus l'a affranchi de la loi du péché et de la mort. » (Romains 8: 12)

 Voilà toute la différence: dans le christianisme l'homme peut obtenir une grâce de Dieu, ce qui est fondamental, car par cette puissance de Dieu qui lui est consentie l'homme trouve alors en lui-même la force de ne plus commettre ni assassinats ni massacres.

 On doit réfléchir à ces questions, s'informer, lire les bons livres et ne pas se satisfaire de rester dans l'ignorance. On doit au contraire étudier ces questions, avec sérieux; si l'on ne comprend pas les problèmes posés il faut questionner les maître reconnus et les professeurs de l'Université pour trouver la vérité car l'homme doit faire confiance à sa propre intelligence, qui lui permet de se diriger, de savoir où il va, quelle direction il a prise.

 Voici un autre point important: les musulmans hurlent à la croisade et à l'invasion sioniste(!) clamant que l'on cherche à détruire l'islam et à soumettre la nation islamique.
 Nous n'avons aucun de ces buts politiques dans l'esprit; nous ne sommes les agents d'aucun parti. Nous nous adressons à l'intelligence, pour vous ouvrir le regard et l'esprit sur la voie que vous suivez. Quelle est-elle? C'est votre droit de la considérer avec intelligence.

 Malheureusement la grande majorité de ceux qui sont nés chrétiens continuent à vivre en chrétiens, et ceux qui sont nés musulmans à vivre en musulmans, comme ceux qui sont nés juifs à vivre en juifs. Pourquoi?
 Chacun a le devoir de réfléchir à la voie qu'il va choisir pour lui.

 Le coran dit que le messager était le prophète de la miséricorde, jouissant d'un caractère élevé et constituant un exemple à suivre. Pourtant quand on considère la façon dont il se conduisait cela mérite une réévaluation.

 Dans l'ancien Testament, au temps de Moïse, la loi disait: « il pour il, dent pour dent. » Mais c'était valable avant l'avènement de l'Alliance nouvelle, l'Alliance de la grâce de Dieu. La loi a été donnée à l'homme naturel, qui se comportait avec grossièreté, car il n'y avait pas de pouvoir organisé. Mais quand le Testament de la grâce est arrivé l'homme a reçu la capacité de vivre au niveau, ou plutôt de  s'élever au niveau de Dieu. Comment pourrait-il retourner au Testament de la loi? Régresser au principe brutal qui s'énonce « il pour il, dent pour dent »? Et commettre des assassinats pour se venger d'autrui?
 Comment l'homme qui a obtenu un doctorat pourrait-il revenir sur les bancs de l'école primaire?
 L'homme doit grandir et s'ouvrir à la vie de la grâce.

 Mohammed a assassiné 6 femmes et 13 hommes, sans compter les captifs de guerre Bani Koriza. Ce genre d'actes mérite que l'on s'y arrête.

 On raconte l'histoire suivante à propos de la vie du prophète: Mohammed s'en alla au marché et vit un homme nommé Zahir; il s'approcha de lui par derrière et s'en saisit. Zahir demande alors: « Qui est celui-là? » Il répond: « Je suis le prophète, qui achète les esclaves et les vends... »

 Les musulmans disent que l'islam libère les esclaves. Voilà une autre question, et pour y répondre il importe de bien considérer les faits.

 
 L'esprit de vengeance et le goût du massacre dans l'islam.

 La Bible dit: « Engeance de vipères, comment pourriez-vous tenir un bon langage alors que vous êtes mauvais? Car c'est du trop-plein du cur que la bouche parle. » (Mathieu 12: 34)

 Celui dont le cur est pur aura une vie pure. Mais comment un homme qui a une telle conduite pourrait-il prêcher une doctrine élevée???

 Le message d'un messager doit être d'amour et d'adoration pour Dieu, en prêchant le bien, et sans chercher à se venger de ses adversaires.

 Nous demandons à Dieu qu'il nous rende clairvoyants et qu'il nous accorde sa grâce; l'homme doit changer complètement sa manière de vivre, abandonner la vieille nature prompte à haïr et à se venger, abandonner les vieux instincts.

 La Bible dit: « Que le renouvellement de votre jugement vous transforme. » (Romains 12: 2)
Et encore: «  Si quelqu'un est dans le Christ, c'est une création nouvelle; l'être ancien a disparu, un être nouveau est là. »( 2 Corinthiens 5: 17)
 Il s'agit d'un renouvellement intérieur et, franchement, il n'existe rien de tel dans l'islam. On y trouve seulement des commandements et des interdits. Mais la nature humaine charnelle ne peut réaliser cela, et l'islam n'amène pas l'homme à changer.
 La vraie foi amène un changement intérieur qui libère la vieille nature du péché et élève l'homme à une relation d'amour avec Dieu, pour vivre dans la pureté et la sainteté.
 

 La vie des saints et l'histoire de l'Église nous racontent une merveilleuse histoire à propos d'un saint du nom d'Augustin. Il était professeur de rhétorique à Rome. Il menait une vie particulièrement désordonnée bien que sa mère ait été une femme de grand mérite. Elle pria pour lui vingt ans durant. Un jour l'un de ses étudiants lui parla d'un évêque qui prêchait superbement, avec beaucoup d'éloquence et dans une langue admirable. Il partit dans l'esprit de s'opposer à celui-ci et de le critiquer. Mais, alors qu'il avait sorti son nécessaire à écrire il ne put tracer un mot jusqu'à la fin du discours, tellement il appréciait ce qu'il entendait. Il comprit qu'il devait changer sa façon de vivre, mais il remettait cette décision à plus tard. Un jour il fut très malade. Il alla dans un jardin avec un ami et ils s'assirent. Et ils entendirent la voix d'un ange  qui disait: « Prends la Bible, et lit la. » Et ils ouvrirent le livre sur l'Épitre aux Romains, et ils lurent: « C'est l'heure pour vous de vous réveiller, maintenant, car maintenant notre salut est encore plus proche que lorsque nous avons cru. La nuit s'est évanouie, et le jour point. Rejetons les uvres des ténèbres, et revêtons-nous des armes de la lumière. »
 Il s'agenouilla à l'endroit où il était et dit: «Ô mon Seigneur, j'ai mené une si mauvaise vie je veux maintenant vivre une vie nouvelle. Donne-moi je t'en prie, de changer, accorde-moi un cur nouveau, un être nouveau. » Et à cet instant il se trouva complètement renouvelé. Il rentra chez lui. Alors l'une de ses maîtresses arriva et tenta d'entrer dans sa maison. Il lui dit que l'Augustin qu'elle connaissait était mort. Maintenant vivait un nouvel Augustin qui connaissait Dieu et haïssait le péché voilà le pouvoir du changement.
 
 
 

(1) Histoire de la vie du prophète, par Ibn Hisham, au livre de l'incursion, 1ère partie, discours n° 617, et sur internet dans le livre des incursions par El-Wafdy.

JesusMarie.com------Islam