JesusMarie.com___Islam____Père Zakaria Boutros____Zakaria Botros
Islam
Père Zakaria Boutros
 www.fatherzakaria.com

      Que veut-on dire par « abrogation » ?

      « Abrogation » signifie « abolition » ou « annulation ». Dans le Coran abroger un verset consiste à
l'enlever, ou à le remplacer par un autre verset, ou remplacer l'enseignement de ce verset par un
autre.

      Ibn-Kathir nous rapporte la définition d'Ibn-Jasir selon laquelle « l'abrogation consiste à rendre le
licite illicite, et l'illicite licite. » (1)

      Combien y a-t-il de versets abrogés dans le Coran?

      Abou-Gâfer El-Nahas et bien d'autres érudits nous disent que le phénomène de l'abrogation
concerne 71 sourates sur les 114 que compte le Coran soit 62,28 %!

      Les différents types de versets abrogateurs et abrogés dans le Coran.

      Les spécialistes les divisent en trois types principaux:

1 La lettre est abrogée mais la valeur est conservée.

2 La valeur est abrogée mais la lettre est conservée.
3 Valeur et lettre sont abrogées.

      1 La lettre est abrogée mais la valeur est conservée.

      Il s'agit de versets  qui ont été enlevés du Coran mais dont la valeur demeure.

      On en trouve de nombreux exemples, comme

1 La lapidation de l'homme adultère et de la femme adultère.

2 L'adulte au sein.

      1 La lapidation de l'homme et de la femme adultères.

      Ce verset était dans le Coran  du vivant de Mahomet, mais il a été abrogé, et il n'existe plus dans
l'actuel Coran d'Othman, bien qu'il soit toujours valable et aujourd'hui encore l'homme adultère et la
femme adultère doivent être lapidés si l'on suit la loi islamique.

      2 L'adulte au sein.

      Le verset de l'adulte au sein était dans le Coran. En effet quand Aïcha désirait un homme, elle
demandait à sa nièce de lui offrir ses seins, ainsi il lui serait réservé et elle pourrait le rencontrer
librement...

      Abou-Gâfer El-Nahas nous rapporte la chose suivante: Sahla, la fille de Sohil, vint voir le
prophète et lui dit: j'ai constaté que mon mari (Abe Hozifa) est complètement hors de lui quand il voit
Salim (l'un de leurs serviteurs) venir vers moi le prophète, bénit soit-il, lui dit alors qu'elle n'avait
qu'à lui donner le sein (voulant dire par là de laisser Salim lui sucer les seins, afin qu'il soit comme un
fils pour elle, ainsi il ne serait qu'à elle, et son mari ne serait plus en colère en le voyant!!!) Elle lui
demanda: mais comment pourrais-je donner le sein à quelqu'un qui est déjà un adulte? Et le prophète
répondit: Je sais bien que c'est un adulte. Elle s'en alla et laissa l'homme lui sucer les seins. Puis elle
revint voir le prophète et lui dit: Je lui ai donné mon sein, et pourtant mon mari est en colère quand il
voit Salim s'approcher de moi. (2)
 
 
 

      2 La valeur est abrogée, mais la lettre conservée.

      Ce sont les versets qui sont encore dans le Coran mais leur valeur est abrogée, ils sont invalides. Il
y en a 550.

      Parmi ceux-ci se trouvent les versets qui concernent la paix et le pardon. Ils sont « descendus du
ciel » quand Mahomet était à La Mecque, vivant encore comme un homme de paix. Il y avait à peu
près 124 versets qui incitaient à la paix et au pardon. Ils ont été tous abrogés par deux autres versets
de la sourate Le Repentir (at-toubah), ce sont les versets « de l'épée » et « du combat ».

          Sourate Le Repentir verset 5: Quand les mois sacrés seront passés alors tuez tous les
          mécréants partout où vous les trouverez.
          Sourate Le Repentir verset 29: Tuez ceux qui ne croient pas en Allah, ni au jour du
          jugement, et qui n'interdisent pas ce qu'Allah et son apôtre ont interdit, et ceux qui ne
          reconnaissent pas la religion de la vérité (l'islam) parmi les gens du livre (juifs et
          chrétiens), à moins qu'ils ne paient le tribut en montrant une claire soumission, et qu'ils ne
          se sentent eux-mêmes humiliés.
 
 

      3- Valeur et lettre sont abrogées.

      Ce sont les versets qui ont complètement disparu du Coran quant à leur texte comme à leur
valeur.

      On raconte qu'un des compagnons du prophète voulut réciter un verset qu'il avait appris par
coeur. Mais il ne s'en souvenait plus sauf « au nom d'Allah, plein de grâce et de miséricorde ». Aussi
demanda-t-il à d'autres personnes, mais elles avaient elles aussi oublié. Ils décidèrent d'aller voir le
prophète pour qu'il le leur enseigne à nouveau. Quand ils l'eurent trouvé il resta silencieux pendant
près d'une heure, pour leur faire finalement cette réponse: le verset a été abrogé par Dieu, hier. (3)

      Selon Aïcha elle-même: la sourate Les Confédérés (el-ahzab) comportait quelques deux-cents
versets du temps du prophète, mais quand Outhman publia le Coran, nous n'y avons plus trouvé que
73 versets. (4)

      Selon Omar: Effectivement, des parties importantes du Coran ont disparu, et on ne les retrouve
plus. (4)

      Voilà pour ce qui concerne les versets dont le texte a complètement disparu du Coran, avec bien
sûr leur enseignement...
 

      Risques que comporte l'abrogation.

      Il existe de sérieux risques dans cette pratique:

1 L'abrogation, de certains versets, est en contradiction avec d'autres versets exemple:

Sourate Les Bestiaux (al-an'am) verset 34: Personne ne peut changer la parole d'Allah.

Sourate La Caverne (al-kahf) verset 27: Personne ne peut changer Sa parole.

2 L'abrogation s'oppose au concept de « la table gardée »:

    Sourate Les Signes du zodiaque (al-burooj) versets 21 et 22: Voilà le glorieux lectionnaire (le
Coran) tel qu'il est gardé sur les tables éternelles (al-lauh al-mahfouz).

      Est-ce que le concept de l'abrogation, qui conduit au remplacement de certains versets et à
l'annulation ou à l'invalidité de beaucoup d'autres, s'accorde avec la valeur infinie, incommensurable,
d'un Coran conservé sur « les tables éternelles »?

      Et est-ce que les annulations, ou les corrections, affectent aussi ces tables éternelles? Ou en
existe-t-il des versions révisées, ou corrigées? Et quand il arrive que le prophète « oublie » quelques
versets, sont-ils supposés conservés dans les fameuses tables? Et pourquoi Allah ne renvoie-t-il pas
Gabriel pour rappeler au prophète ce qu'il a oublié...
 

3 L'abrogation est en opposition avec la sourate Le Roc (al-hijr) verset 9: C'est Nous qui vous
avons envoyé le lectionnaire (le Coran) et, en vérité, Nous en sommes le gardien.

      Ainsi selon le Coran, Dieu garde sa parole du changement et de l'altération, et qu'est-ce d'autre
que l'abrogation? Si ce n'est changer et altérer le Coran? Et comment cela a-t-il pu se produire?

4 Le risque le plus sérieux de cette pratique de l'abrogation est mis en évidence dans la sourate Les
femmes (an-nisa') verset 84: S'il y avait là autre chose que ce qui est d'Allah, ils y découvriraient
beaucoup de contradictions.

      N'est-il pas suffisant de trouver 550 versets dans le Coran qui ont été changés, remplacés ou
abrogés, pour prouver  la présence  d'une « contradiction », et pour répondre à la demande exprimée
par ce verset: s'il y avait là autre chose que ce qui est d'Allah, ils y découvriraient beaucoup de
contradictions?

      Certains prétendent que l'abrogation existe aussi dans la Sainte Bible, puisque le Christ a abrogé
l'Ancien Testament. Le mot abrogation, en tant que tel, n'a jamais été utilisé dans la Sainte Bible, et le
Christ a déclaré avec la plus grande clarté: Je ne suis pas venu abolir, mais accomplir. Mt: 5-17.

      Si un enfant qui était à l'école primaire, grandit et rentre dans le secondaire, faut-il rendre nul tout
ce qu'il a appris dans le primaire? Sûrement pas. Mais on peut compléter ses connaissances tandis qu'il
grandit.

      Dans l'Ancien Testament on trouve des obligations, ou des symboles, qui concernent les
sacrifices, et bien d'autres choses. Tout ceci a été accompli dans le Christ, aussi ces obligations et ces
symboles sont-ils devenus caducs par la venue du Christ, qui est venu accomplir toute chose et nous
donner le modèle de la perfection.
 
 
 

     Ibn Kathir: Exégèse 1ère partie p.104.
     Les abrogateurs et les abrogés, par Abou-Gâfer El-Nahas, p.124.
     Les abrogés du Coran, par Jamel Ed-Din Ibn El-Jozy, p.589.
     La perfection dans les sciences du Coran, par Jalal Ed-Din El-Syouty, 2ème partie, p.26.
 
 
 

              Traduit le 17 février 2009
 

Traduction française placée sous licence commons creatrive :  autorisation de copie gratuite avec indication de la source : jesusmarie.com, France, Paris, 2009.

JesusMarie.com___Islam____Père Zakaria Boutros____Zakaria Botros