JesusMarie.com___Islam____Père Zakaria Boutros____Zakaria Botros
Islam
Père Zakaria Boutros
N°54       Les sources Chrétiennes de l'Islam
Décembre 2012

Aux origines de l'islam :

les sources chrétiennes.

L'auteur : Père Zakaria Boutros

L'éditeur : www.fatherzakariaboutros.com

Les sources chrétiennes de l'islam ont deux origines :

1 La Sainte Bible, dont sont tirées de nombreuses citations, telle que :

" Car il est plus facile à un chameau de passer par le trou d'une aiguille qu'à un riche d'entrer dans le Royaume de Dieu. "

Déclaration dont on retrouve l'écho dans la sourate Al-A'raf (les Hauteurs) verset 40 :

" Pour ceux qui traitent de mensonges nos enseignements et qui s'en écartent par orgueil, les portes du ciel ne leur seront pas ouvertes, et ils n'entreront au Paradis que quand le chameau pénètre dans le chas de l'aiguille. "

Nous lisons dans la Bible (1Co 2 : 9) :

" Ce que personne n'avait vu de ses yeux, ni entendu de ses oreilles, ce que le cur de l'homme n'avait pas imaginé, ce qui avait été préparé pour ceux qui aiment Dieu. "

A comparer avec cette citation de Meshkat Almasabih, page 487 :

" Abou Hourairah nous rapporte cette parole de Mahomet : " Dieu dit qu'il avait préparé pour ses vertueux fidèles des choses qu'aucun il n'a jamais vu, ni aucune oreille n'a entendu. "

" ... rendant la vue aux aveugles, et ressuscitant les morts ", ce que nous rappelle lÉvangile de Mathieu : " Il guérissait toute blessure et toute maladie parmi le peuple " , passage dont nous trouvons l'écho dans la sourate Al-'Imran, au verset 49 : " Et je guéris l'aveugle-né et le lépreux, et je ressuscite les morts. " " Ils tinrent conseil pour arrêter Jésus par ruse et le faire mourir. "

A rapprocher de la sourate Al-'Imran, verset 54 :

" Et les autre se mirent à stratégier Allah aussi stratégie, et Allah est le meilleur des stratèges. " (Version saoudienne du Noble Coran) ;

ou :

" Ils (les juifs) rusèrent (contre Jésus) : mais Dieu ruse (contre eux) et c'est Dieu qui est le meilleur des ruseurs. (Traduction dÉdouard Montet)

Avec cette différence que dans la Bible, Dieu n'est ni un " stratège " ni un " ruseur ", ce qui est tout simplement inconcevable (quel que soit le terme utilisé !)

Dans lÉvangile de Marc :

" Ainsi le Seigneur Jésus, après avoir parlé une dernière fois, fut accueilli dans les cieux. "

Dans le coran, sourate An-Nisa (les femmes), verset 158 :

"  Mais Allah l'a élevé vers lui. "

2 Des légendes apocryphes et des écrits hérétiques.

Nous vous en donnons les exemples suivants :

Dans la Sainte Bible il est écrit que Maryam (Marie) était la fille de Yorkum. Mais dans le coran on la présente comme fille d'Imran, et sur de Moïse et d'Aaron, bien qu'il existe une différence de quinze siècles entre Marie, la mère de Jésus, et Myriam, la sur de Moïse et d'Aaron.

On trouvait déjà Myriam, la fille d'Imran, dans un livre bien connu qui assimilait les deux Maries, la Vierge et la sur de Moïse et d'Aaron, dans le simple but d'inciter à la méditation, ce que l'auteur du coran n'a pas compris, mélangeant l'une et l'autre Marie, de sorte que la Vierge est devenue la fille d'Imran...

Ce n'est pas le fait de Dieu de se tromper ainsi dans sa Parole...

On lit en effet dans le coran, sourate Al-'Imran, verset 37 :

" Chaque fois que Zacharie entrait auprès d'elle dans le sanctuaire, il trouvait près d'elle de la nourriture. "

Ceci n'existe nulle part dans la Sainte Bible, mais on trouve cette histoire, mot pour mot, dans un livre très populaire " La naissance de Marie et l'enfance du Sauveur ", au chapitre 20.

Le coran nous signale que le Christ parlait alors qu'il était encore au berceau, à la sourate Maryam, verset 29 et 30 :

" Elle fit alors un signe vers lui (le bébé). Ils dirent : " Comment parlerions-nous à un bébé au berceau ? " Mais (le bébé) dit : " Je suis vraiment le serviteur d'Allah ; il m'a donné le Livre et m'a désigné Prophète. "

Cette histoire n'existe pas dans la Sainte Bible, mais on la trouve mot pour mot dans ce même livre très populaire " La naissance de Marie et l'enfance du Sauveur ", chapitre 20, d'où est tirée cette citation... Ce conte vient lui-même d'une légende indienne sur la naissance du Bouddha, 559 ans avant le Christ, racontée dans le livre indien " Midana Kataha ", chapitre 1, page 5. Il y fut trouvé par des laïcs qui voulurent rendre gloire au Christ en le faisant discourir alors qu'il était encore au berceau. Ainsi Mahomet l'a-t-il cité lui aussi dans son coran.

Encore un conte qui ne se trouve pas dans la Bible, mais dans le livre du " Récit de l'enfance du Christ ", au chapitre 36. Cette histoire rapportée dans le coran à la sourate Al-Ma'idah', versets 112-115, n'existe pas dans la Bible, mais elle provient elle aussi d'écrits d'origine populaire. " Ils diront : " Ils étaient trois et le quatrième était leur chien. " Et ils diront en conjecturant sur leur mystère qu'ils étaient cinq, le sixième était leur chien et ils diront :  " sept, le huitième était leur chien. " Dis : " Mon Seigneur connaît mieux leur nombre. Il n'en est que peu qui le savent. " Ne discute à leur sujet que d'une façon apparente et ne consulte personne en ce qui les concerne. "

Il est assez étonnant que Dieu soit incapable de connaître leur nombre exact puisqu'il dit : " Certains disent qu'ils étaient trois et le quatrième était leur chien. Et d'autres disent qu'ils étaient cinq, le sixième était leur chien, d'autre disent qu'ils étaient sept, le huitième était leur chien : le Seigneur connaît mieux leur nombre. "

Mais pourquoi donc essayer de deviner leur nombre quand il le sait parfaitement. Et pourquoi voudrait-on que personne n'en discute...

Cette affaire du peuple de la Caverne est tirée du livre " L'histoire de la vie des saints martyrs chrétiens " connue sous le nom de " Al-Sineksar ". Dans celui-ci il est écrit " dans les lectures du 20ème jour de Mesra " (un des mois du calendrier copte) :

" Ce jour là, en l'an 252 du calendrier grégorien, les sept jeunes saints martyrs d'Ephèse, dont la Tradition a retenu les noms : Melkhis,Martinyanus, Jean, Maximus, Dionosius, Serabion et Kostantinius, comme le roi soutenait le paganisme, partirent se cacher dans une caverne pour éviter d'avoir à apostasier tant ils craignaient les menaces du roi envers les chrétiens. Mais le roi l'apprit et il ordonna de les enfermer dans cette caverne. L'un des gardes responsables de l'exécution de cet ordre était chrétien lui aussi ; et il grava leur histoire sur une plaque de cuivre qui se trouvait dans la caverne.

Finalement ces malheureux moururent de faim après un long jeûne, et quand le Seigneur voulut honorer ces fidèles croyants il fit savoir à l'évêque de la ville qu'il fallait qu'il se rendit à la caverne et qu'il en fit ouvrir la porte - ce qu'il fit. Ils les retrouva tous morts, mais leurs corps étaient intacts. La feuille de cuivre qu'il retrouva sur place lui indiqua qu'ils étaient morts deux cents ans plus tôt, et il vit aux pièces de monnaie qu'ils portaient sur eux que ce fut durant le règne du roi Dakius. "

L'histoire est racontée par Mahomet, et elle fut incluse dans le coran.

Comme beaucoup de chrétiens vivaient alors dans la péninsule arabique, cette histoire y parvint, un peu remodelée...

Dans son " Histoire de la vie du prophète ", première partie, page 217, Ibn Hisham écrit en effet : " Le christianisme était largement répandu à Najran, dans le nord du Yémen et le sud du Hejjaz. Le roi de ce pays était chrétien, et Waraqa ben Nofal était un Chrétien de la Mecque, comme beaucoup d'autres. "

C'est par eux que ce genre d'histoire, largement répandue dans le peuple, est arrivée jusque là pour finir un jour par être incluse dans le coran...
 
 

Traduction française placée sous licence commons creatrive :  autorisation de copie gratuite avec indication de la source : jesusmarie.com, France, Paris, 2010.

JesusMarie.com___Islam____Père Zakaria Boutros____Zakaria Botros