JesusMarie.com___Islam____Père Zakaria Boutros____Zakaria Botros
Islam
Père Zakaria Boutros

N° 73    La Question des adultes tétant le sein

Décembre 2009

L'auteur: Père Zakaria Boutros

L'éditeur: www.fatherzakaria.com
 

      Ibn Shahah nous a fait le récit suivant alors qu'on lui demandait son avis à propos de « la mise au
sein » d'un homme adulte:

      Abou Hozaïfa, l'un des compagnons du messager de Dieu, avait adopté un jeune garçon du nom
de Sélim; et il se trouva que Dieu fit descendre un verset dans le coran concernant Saïd Ibn Thabit
pour discréditer l'adoption selon les termes suivants: « Donnez-leur le nom de leur père » - voulant
dire par là que l'on attribue les enfants adoptés à leur véritable père.

      Salma, l'épouse d'Abou Hozaïfa s'en vint trouver le messager de Dieu pour lui dire: « Nous avons
adopté un fils du nom de Sélim. Il a pris l'habitude de rentrer chez moi et m'a parfois surprise en
tenue légère. Quand mon mari a pris connaissance du verset qui déniait la réalité de l'adoption un
fils restant fils de son véritable père, selon le coran il s'est mis à ne plus supporter de voir entrer
Sélim dans mes appartements parce que j'y étais en tenue d'intérieur. Qu'en pensez-vous, O
messager? Comment dois-je me comporter? »

      Le prophète lui fit cette réponse: « Laisse-le donc prendre ton sein jusqu'à cinq fois, et ensuite ça
lui sera interdit. » - parce qu'il faut penser qu'un enfant qui suce le sein d'une femme peut être
considéré comme son enfant, n'est-ce pas!

      Elle lui rétorqua étonnée: « Comment pourrai-je lui donner le sein alors qu'il est déjà adulte? »
Mais le prohète lui dit en souriant:  « Je sais parfaitement que c'est un adulte. »

      Elle s'en alla et suivit son conseil de mettre le jeune-homme au sein. Puis elle revint voir le
prophète pour lui dire qu'elle avait suivi son conseil et que, désormais, elle n'avait plus aucun
problème avec son époux. (1)

      Cette histoire de « l'adulte au sein » nous est rapportée par les auteurs suivants:

      . Salih Muslim récit n° 3663, 3674;

      . Maouti' Malek;

      . Sonan El-Nyssa'y;

      . Sonan El-Bayhaky;

      . Abou-Gafas El Mansour, dans « Abrogateurs et abrogés », page 124;

et par d'autres éxégètes...

      La question de mettre un adulte au sein fait partie des graves sujets d'étude des étudiants de
3ème cycle à l'Université El-Azhar (2)

      Le Docteur Abdoul-Mahdi Abdoul-Kader Abdoul-Hady, l'un des professeurs d'El-Azhar, a
déclaré au sujet de ce récit qu'il est tout-à-fait vrai et doit être considéré comme tel avec une grande
confiance. Il ajoute qu'aucun chercheur honnête ne saurait en discuter, puisque c'est une des vérités
de l'islam.

      Ibn Shebab déclare pour sa part, à propos de cette affaire: « Et d'ailleurs Aïcha, la mère des
croyants, a suivi elle aussi le conseil du prophète. Quand elle désirait qu'un homme la rejoigne chez
elle, elle demandait à sa soeur Oum' Kolthoum, la fille d'Abou-Bakar, et à sa nièce de donner le sein
à cet homme. Ainsi devenait-elle sa tante en quelque sorte, et il pouvait venir chez elle et y rester en
toute tranquillité. » (3)
 
 

      Récit de Zaïnab Bent oum Salma:

      Oum Salma apostropha un jour Aïcha: « Je vois des adultes rentrer dans ta maison, ce qui ne me
plaît pas du tout. » Ce à quoi Aïcha lui répondit:  « N'as-tu jamais entendu parler de Salma, la
femme  d'Abou-Hozaïfa? Celle qui est allée voir le messager de Dieu pour se plaindre de ce que
Sélim rentrait chez elle librement. Et voudrais-tu ne pas suivre les conseils du messager de Dieu? »

      Tout le monde sait qu'Aïcha n'a jamais changé ses pratiques en ce qui concerne le don du sein à
un jeune homme... (4)

      Elle défendait d'ailleurs cette façon de faire en déclarant qu'on trouvait dans le coran un verset
qui admettait que l'on donne le sein jusqu'à dix fois, mais qu'il avait été abrogé par un autre verset où
la chose n'était plus tolérée que cinq fois et jusqu'à la mort du prophète ce verset se trouvait dans
le coran. (5)

      Aïcha racontait même que ce fameux verset qui traitait du don du sein à un adulte se trouvait
dans un manuscrit gardé sous son lit. Quand le prophète s'était touvé mal, jusqu'à en mourir, on
l'avait cherché partout, mais une chèvre entrée dans la maison l'avait mangé. Pourtant Aïcha jura
qu'il se trouvait bien parmi les versets révélés jusqu'à ce que le prophète trépasse. (6)

      Récit d'Aïcha:

      Le prohète m'a épousée quand j'avais six ans. Nous sommes arrivés à Médine et avons habité
dans la maison d'El-Harith. Je jouais à la balançoire avec mes amis quand ma mère est venue me
chercher. Je ne savais pas ce qu'elle voulait. Elle m'a prise par la main et nous avons été vers la
porte. J'étais toute essoufflée, et puis je me suis calmée. Elle a pris de l'eau et m'a lavé le visage et
puis toute la tête. Elle m'a gardé dans la maison. Il y avait plusieurs femmes d'El-Ansar avec nous.
Elles se demandaient ce qui se passait. Mais ma mère a dit que tout allait bien. Nous sommes parties
et elle m'a conduit chez le prophète, et ce jour là j'avais juste neuf ans. (7)

      Certains disent qu'elle avait peut-être neuf ans mais qu'elle en paraissait dix-neuf. Ce qui est
tout-à-fait faux pour les raisons suivantes:

1 Elle jouait à la balançoire.

2 Elle n'avait aucune idée de ce qui allait se passer.

3 Sa mère lui a lavé le visage et la tête.

4 Elle l'a emmenée de la balançoire jusque chez le prophète. (8)

5 Le prophète a fait venir ses amis pour qu'elle puisse jouer avec eux.

6 On dit que le prophète la portait sur ses épaules pour voir des Ethiopiens qui jouaient à
l'extérieur de la maison.

      Est-ce qu'une jeune-fille de dix-neuf ans s'amuse à se balancer? Et se laisse porter sur les
épaules, ou laver le visage?

      Le prophète était âgé de 54 ans quand il s'unit à Aïcha qui en avait 9.
 

      Récit d'Ibn Isham:

      Le messager de Dieu se plaisait beaucoup avec Aïcha si bien que les autres épouses étaient
jalouses d'elle, et se plaignaient d'être abandonnées. Elles envoyèrent Oum Salima voir le prophète
pour lui demander d'être juste avec toutes ses femmes. Il lui répondit de ne pas considérer Aïcha de
la sorte parce que la révélation divine lui parvenait toujours quand il était au lit avec Aïcha, et jamais
avec l'une de ses autres épouses... (9)
 

      Récit d'Aïcha:

      « Quand j'avais mes règles, le prophète récitait le coran la tête posée sur mon giron. » (10)

Alors que le coran demande d'éviter les femmes pendant leurs règles, le messager de Dieu mettait sa
tête sur les cuisses d'Aïcha quand elle était indisposée!!
 

      Récit d'Aïcha:

      « Le prophète s'approcha de moi une nuit alors que j'avais mes menstrues. Je lui dis alors que
j'étais indisposée. Et il m'a répondu: montre-moi tes cuisses. C'est ce que j'ai fait. Il posa alors son
buste et sa tête sur mes cuisses, et s'endormit. » (11)

      Aïcha raconte aussi que le prophète l'embrassait et lui suçait la langue, pendant le jeûne. (12)
 

      Récit d'Ibn Omeir:

      J'ai été à la maison d'Aïcha avec ma mère et ma tante pour lui demander comment le prophète se
conduisait quand l'une de ses femmes avait ses régles. Elle répondit qu'il faisait mettre à cette femme
un vêtement large, et puis il lui caressait seulement la poitrine et les seins. (13)

      Les paroles d'Aïcha sont attestées par El-Tourmesy qui a certifié leur véracité, comme l'ont fait
d'autres compagnons et diciples du prophète, dont El-Shafe'y et Ahmed. (14)

      On a bien noté que ces paroles d'Aïcha concernent les points les plus délicats et les plus sensibles
de la vie sexuelle du prophète. Ainsi les Musulmans d'aujourd'hui devraient se rendre compte de la
liberté d'expression qui prévaut à propos de la vie intime de Mahomet y compris au lit. Ces récits,
dont nous avons eu connaissance grâce à Aïcha nous donnent en effet une idée précise du caractère
de Mahomet, et de sa morale.
 

      On raconte encore qu'Abdallah Ibn Omar envoya le message suivant à Aïcha: Un homme peut-il
avoir des relations avec sa femme pendant ses règles? Elle répondit: oui, il suffit qu'elle enlève ses
vêtements et alors il peut la prendre. (15)

      Cet homme ne ressentait aucune gêne pour poser une telle question  à la femme du prophète!

      Voici une autre déclaration d'Aïcha: « Le prophète me faisait l'amour quand j'avais mes règles
nous étions sous la même couverture. » (16)

      Aïcha avait suffisamment d'expérience pour dire aux hommes comment faire l'amour à leurs
femmes, et comment ils devaient se comporter. (17)

      Aïcha posa même cette question à Abdulla Ben Abdoul-Rahman qui était venu lui rendre visite:
« Qu'est-ce qui vous empêche d'embrasser votre épouse et de la caresser? » Il lui répondit:  ?
? Comment pourrais-je l'embrasser alors que nous sommes en période de jeûne? » Elle rétorqua: ?
? Où est le problème? Le messager de Dieu m'embrassait et me suçait la langue pendant le temps du
jeûne. »

      C'est ainsi qu'Aïcha devint la conseillère conjugale des époux quant à leur vie sexuelle. Elle ne se
contentait pas de répondre à leurs questions, mais elle allait jusqu'à leur donner des conseils!
 
 

      Dans la banque de données consultable sur internet à l'adresse http://www.islamonline.com, sous
le titre: Casuistique sur les relations sexuelles, on peut lire que :

      Le messager de Dieu a interdit de parler à tout homme de ses relations intimes avec sa femme à
qui que ce soit, et il a imposé la même conduite à toute femme. Il a bien dit: ne faites jamais cela qui
équivaudrait à mettre un démon mâle en présence d'un démon femelle et à les regarder faire l'amour
en public.

      Alors comment le prophète a-t-il pu énoncer une telle interdiction tandis que Aïcha raconte par
ailleurs les détails les plus croustillants de sa propre vie sexuelle avec lui! Et qu'elle discutait  en
toute liberté avec les maris de leurs relations intimes avec leurs épouses!!

      N'est-ce pas bien étrange??
 
 

     #Mawtti' malik, Récit n° 1287.
     #« Réponses aux sceptiques à propos de la Sunna » par le Docteur Abdoul-Mahdy Abdoul-
       Kader Abdoul-Hady pages 97 103.
     #Sahih Muslim, Récit n° 3676.
     #« Abrogateurs et abrogés » par Abou-Gafar El-Naher, page 124.
     #Sahih Muslim, Récit n° 167.
     #« L 'abrogation dans le coran » par Ibn El-Jozy, page 37.
     #Sahih El-Bokhary, Récit n° 5188.
     #« Les femmes du prophète » de Bent El-Shati, pages 88-89.
     #Sahih El-Bokhary, Récit n° 3821.
     #Sahih El-Bokhary, Récit n° 1744.
     #Sonan Abou-Daoud, Récit n° 270.
     #Sonan Abou-Daoud, Récit n° 2388.
     #Sonan El-Nyssa'y, dans le chapitre des actes du prophète quand l'une de ses femmes avait
       ses règles.
     #Sonan El-Tourmozy, Récit n° 122.
     #Maoutti' malek, le Livre de la purification, Récit n° 116.
     #Mosna Ahmed, Récit n° 25 565.
     #Fath El-Bari dans l'éxégèse de Sahih El-Bokhary, par Ibn Hajar El-Askalany, dans le
       chapitre sur les relations sexuelles pendant le jeûne, Récit n°1792.
 
 
 

Traduction française placée sous licence commons creatrive :  autorisation de copie gratuite avec indication de la source : jesusmarie.com, France, Paris, 2010.

JesusMarie.com___Islam____Père Zakaria Boutros____Zakaria Botros